Deux scandales en trois mois, le chocolat belge dans la tourmente: faut-il s’inquiéter?

Ferrero début avril et Barry Callebaut fin juin : dans moins de trois mois, deux géants du monde du chocolat font face à un scandale sanitaire lié à la salmonelle. Si les deux affaires doivent être distinguées sur le fond, c’est un coup dur pour Barry Callebaut. Si ce nom ne dit rien au grand public, c’est le plus grand producteur de chocolat du pays. Dans cette usine, la matière première (fèves, graisse, sucre, etc.) est transformée en chocolat liquide ou en bloc, qui est ensuite acheminé vers les usines de groupes plus importants comme Mondelez (Côte d’Or, Milka, LU ou encore Toblerone , pour ne citer que quelques marques), Neuhaus, Galler, mais aussi toute une gamme d’artisans chocolatiers.

Autant dire que l’arrêt des activités, ordonné lundi soir suite à la découverte de la bactérie, met à mal tout un secteur.

Pour rappel, Barry Callebaut a annoncé mercredi soir avoir trouvé des traces de salmonelles dans sa production et fermé purement et simplement son usine de Wieze en Flandre orientale. L’entreprise a contacté mardi l’Afsca, qui s’est rendue sur place. PPar rapport à Ferrero, il faut éviter de comparer les deux fichiersprévient Aline Van den Broeck, porte-parole de l’Afsca. Des investigations et des analyses sont en cours, mais Barry Callebaut nous a contactés très rapidement et a pris la décision interne de fermer l’usine. Nous n’avons pas eu à intervenir comme l’a fait Ferrero. Nous nous efforçons de trouver la cause du problème et, surtout, de nous assurer qu’aucun consommateur n’entre en contact avec des produits contaminés. Selon les premières constatations que nous avons, aucun produit n’est encore prêt pour le marché.

Il Selon notre enquête interne, il n’y a plus de risque pour la sécurité alimentaire. L’Afsca poursuit en toute indépendance son enquête pour valider cette conclusion.Pas déclare Korneel Warlop, porte-parole de Barry Callebaut.

Une bonne nouvelle pour les consommateurs qui demandent évidemment une vérification. Et les marques qui s’approvisionnent auprès de Barry Callebaut ne semblent pas se cacher derrière l’erreur de leur fournisseur. contreChez Mondelez, nous pouvons garantir qu’aucun produit contaminé ne s’est retrouvé dans un magasinassure Annick Verdegem, porte-parole de la multinationale. Il n’y a actuellement aucun risque pour la sécurité alimentaire. Plusieurs de nos usines en Europe sont approvisionnées en chocolat Barry Callebaut et les lots infectés ne sont même pas arrivés dans nos usines car nous avons pu arrêter le processus à temps. Une seule usine a été contaminée. Elle est située en France et ne produit rien pour le marché belge. Il est fermé pendant la désinfection. Tous les biens concernés ont été détruits.

De son côté, Barry Callebaut précise, sans en donner une liste exhaustive, qu’il approvisionne 73 clients en Belgique. C’est le cas des plus grandes marques (Leonidas ou Marcolini n’en font pas partie, ndlr), mais aussi des artisans chocolatiers. “Nous avons de la chance de ne devoir commander que cette semaine”explique l’un d’eux.

Quant à Art de Praslin, chocolaterie artisanale à Wavre, on veut aussi rassurer. Nous commandons le chocolat danest une autre usine Barry Callebaut et nous avons notre propre recette sur mesure qui ne fait pas partie de la production globale. Nous travaillons avec Barry Callebaut depuis au moins 50 ans et nousNous n’avons jamais eu de problème.

Les optimistes diront que ça arrive même aux meilleurs, mais ça reste difficile à accepter pour ceux qui ont vu leur usine contaminée (voir par ailleurs).

Et si l’enquête doit faire la lumière sur la cause exacte de cette contamination, les premiers éléments pointent vers un produit appelé lécithine comme étant à l’origine de l’infection. C’est un émulsifiant qui crée le lien entre les différentes molécules dans la fabrication du chocolat.

Selon Barry Callebaut, c’est un produit essentiel qui donne de la liquidité au chocolat. Si le problème vient de la lécithine, il se peut qu’un fournisseur de l’usine y ait importé la salmonelle. Avec un impact sur la production, mais aussi sur les ventes. Il est clair qu’un tel problèmeSi l’ajustement ne prend pas plusieurs semaines, nous risquons une perturbation majeuredéclare Annick Verdegem, porte-parole de Mondelez. Nous sommes dépendants de ce qui se passera chez Barry Callebaut.

Et au niveau des tarifs ? Il faut savoir que le chocolat a déjà été durement touché par l’inflation et l’explosion des prix des matières premières. L’importation de fèves de cacao est devenue très coûteuse, tout comme les coûts de fabrication. Certains chocolatiers affirment que leurs dépenses ont augmenté de 20 à 30 % au cours des dernières semaines.

Ce scandale à grande échelle est peu susceptible d’aider, même si la crainte est une pénurie de stocks plutôt qu’une explosion des prix.

Nehaus également infecté : “Nous avons été prévenus trop tard”

Neuhaus est l’un des principaux clients de Barry Callebaut. Le chocolatier, également propriétaire de Corné Port-Royal, est lui aussi bloqué par cette crise sanitaire et va suspendre ses activités pendant quelques semaines. Nous avons notre propre recette et notre propre type de grains, mais le chocolat cru est fabriqué chez Barry Callebaut, ouiexplique Ignace Van Doorselaere, PDG de Neuhaus. Comme vous le savez, tous les lots livrés depuis le week-end dernier pourraient être infectés par Salmonella. C’est pourquoi nous avons arrêté notre production dès que nous l’avons su..

Le problème est que Neuhaus a dû attendre mercredi soir pour être prévenu, le temps de voir comment son usine a pu être infectée. Une grande partie du chocolat potentiellement contaminé a déjà été utilisé dans nos usinesil dit. Cela signifie que nous avons dû isoler et détruire toute la production et les stocks concernés, mais également fermer notre usine. Nous nous occupons du nettoyage et ferons également appel à une entreprise spécialisée. Nous devons fermer notre usine pendant 2 à 4 semaines et espérons pouvoir reprendre à 100% début août. Heureusement nous avons un stock pour assurer les ventes sur une période de 3 à 4 semaines..

Cela peut entraîner des pertes importantes. Nous avons été avertis de tard, et cela me surprend le plusil respire S’ils savaient déjà qu’il y avait un problème lundi soir, pourquoi attendre deux jours pour nous en informer ? Ce délai est très long et nous aurions pu éviter d’utiliser ce chocolat et de désinfecter toute notre usine..

Une question qui mérite une réponse et peut-être une compensation, car 100% de la production Neuhaus provient de cette usine de Vlezenbeek. On parle de 80 tonnes de chocolat à détruire, sans parler des frais de nettoyage et de l’arrêt complet de la productionil continue. Mais le plus important pour nous, c’est que nous sommes sûrs à 100 % qu’aucun chocolat infecté n’est arrivé dans nos magasins !

Qu’est-ce que briser la confiance en Barry Callebaut ? “C’est la première fois que nous rencontrons un problème avec eux et nous n’avons pas l’intention de mettre fin à notre collaboration. Mais certaines questions nécessitent des réponses…”

Leave a Comment