Crèmerie Saint-Sauveur : avant-garde et tintamarre

Chaque été, les résidents de Saint-Sauveur s’interrogent à ce sujet sur les réseaux sociaux. Interrupteurs ouverts et fermés. Des études de marché circulent. On a même vu une formule mobile à vélo. En 2020, Pie Kingdom a considérablement élargi ses offres. La crème glacée est de retour dans l’actualité avec l’arrivée de la Crèmerie Saint-Sauveur.

Son petit local se niche entre le lavoir du 204 Saint-Vallier Ouest et l’espace partagé par Franky & Johnny, Cantook, Borderon. Ce dernier l’occupait devant le colocataire. Les vitrines de la Crèmerie Saint-Sauveur s’ouvrent sur la rue Saint-Vallier Ouest pour servir les clients.

« Nous sommes Gabriel et Gabriel. Nous voulons être le pilier de la laiterie de Saint-Sauveur ! s’exclame Gabriel Lamonde-Simard en sortant la pince Monsaintsauveur.

Le nom choisi n’est “pas extrêmement excitant”, dit-il. Pourtant, cela “donne l’impression qu’il est là depuis 40 ans”, poursuit Gabriel Thibault.

L’idée de cette entreprise germait depuis quelque temps dans l’esprit de Gabriel Lamonde-Simard. Il avait inspecté les lieux, les démarches se sont bien déroulées, notamment pour prévoir l’emplacement des fenêtres donnant sur la rue. Et puis il a appris qu’il y aurait des rénovations. Nous devions attendre.

Plusieurs expériences commerciales jalonnent la feuille de route de M. Lamonde-Simard, un résident de Saint-Roch. Il a travaillé chez Gelato dans la ville haute pendant quelques années. Il a ouvert Hoya à Montcalm, où il travaille toujours. Son copain va reprendre la laiterie, explique-t-il. M. Lamonde-Simard lui transmet tout son savoir.

Façade de la laiterie Saint-Sauveur
Façade de la laiterie Saint-Sauveur
Droits d’auteur : Suzie Genest

L’avant-garde de la douceur

Le menu de la Crèmerie Saint-Sauveur comprend de la crème glacée molle classique, des gelati et des boissons glacées ainsi que des surprises. On note particulièrement le Tintamarre qui est “à venir”. Pourquoi est-ce?

«Ils font cela et l’appellent« Storm »chez McDo, mais localement. Ils sont fabriqués sur Saint-Jean dans Le Hobbit », expliquent Gabriel et Gabriel.

Le chocolat pour les trempettes vient du Champagne Chocolatier à Saint-Roch, ajoute le duo.

Le moelleux, révèle Gabriel Lamonde-Simard, se décline en deux saveurs, dont aucune n’est au chocolat.

“Une chose vraiment distinctive à propos de nous, c’est la douceur. C’est de la vanille, pas du chocolat, mais de la fraise. Un sorbet végétalien. C’est un peu comme Chocolats Favoris. Nous pensons que c’est l’avant-garde. Le chocolat disparaît dans la douceur. Ce sera de la vanille puis un fruit. Je suis sûr que les fruits prévaudront dans les petites entreprises. »

Le temps nous le dira !

A lire aussi :

La Brigade ouvre un restaurant péruvien à Saint-Vallier Ouest

Leave a Comment