Clermont Foot : Le plomb, c’est bien

Nous aurions cru revenir à Caen le samedi soir il y a exactement un an. Les mêmes chemises blanches enlacées, les mêmes Gastien fils, Nsimba ou Magnin sautant en l’air et dansant, ce dernier aujourd’hui, une béquille à la main, en moins : La Meinau, D’Ornano, le même combat.

Comme du déjà vu pour Clermont

Comme l’année précédente (1-2), il s’est incliné face aux footballeurs clermontois (0-1) quand Malherbe a été sauvé du coup. Samedi, c’est Strasbourg qui a fait trébucher Zedadka et ses coéquipiers pour se cimenter un peu plus en tant qu’Européens.
Mais rien de nouveau à l’Est non plus, c’est toujours Clermont Foot qui a “gagné” tant revendiqué alors que Saint-Étienne glissait dans la zone rouge durant cette période.

Pascal Gastien n’avait pas fait le rapprochement lorsqu’on le lui a proposé en conférence de presse, mais il l’a confirmé avec un sourire d’autant plus grand que la marche à gravir était encore énorme : « C’est vrai, ce n’était pas moi. Je pense plus à l’année dernière à Caen mais si c’est comme ça tous les ans je suis prêt à signer sans problème ! Ce sont des défaites qui portent chance. »

Et encore une fois, on ne lui a pas rappelé que, comme l’an dernier où le match nul de Paus avait déjoué Toulouse en fin de match en milieu de semaine, la victoire de Nice mercredi sur Saint-Étienne, leurs rivaux directs, était cette fois la plus menaçante, pour le maintien qui a failli s’achever, avant. l’heure, le CF63 sur la bonne voie il s’est d’abord construit, soulignons-le encore.
Revenir en Ligue 2 au moment où le CF63 vient de signer un nouveau contrat d’un an pour danser avec les stars de l’élite peut sembler incongru.

Clermont Foot tient bon en Ligue 1 : “C’est une immense chance collective”, estime Pascal Gastien

Et pourtant, c’est bien de cela qu’il s’agit : une équipe que beaucoup promettaient de revenir en deuxième division française seulement 38 jours après sa sortie, une équipe qui n’a pas été aussi efficace en termes de performances globales par le recrutement qu’espéré et qui visait pourtant une configuration avec une majorité de Ligue 2 : « Justement tout le monde nous a vu couler en fin de saison : on avait le plus petit budget, on ne connaissait pas la Ligue 1… Il y avait beaucoup de paramètres qui pouvaient indiquer qu’on allait vers une très avoir une saison compliquée, acquiesce Pascal Gastien. Et je vous le confirme, c’était tout. Mais on a marqué des points quand il le fallait, on a su se ressaisir. »

Après une saison difficile

Même si ces 10 mois de compétition presque complète dans le sprint final pouvaient souvent ressembler à une journée longue et interminable : “Je pense que ça m’a pris 10 ans d’un coup”, soufflait Johan Gastien à l’issue du meeting de samedi. Et du coup, “soulagement” et “exigence” sont logiquement passés en premier, dans le ressenti des joueurs, notamment du coach, du match de samedi.

Difficile cette saison, sans aucun doute. Mais exécuté sur un parcours constant. Celui qui était dicté par la conviction que le salut passerait toujours par le jeu, peu importe le terrain ou le moment, et restait convaincu que ce qui avait diminué son succès, ne pouvait qu’aider l’équipe à garder une place au sommet.

“Nous avons eu des hauts et des bas, mais nous avons marqué des points quand nous en avions besoin. On pourrait se ressaisir”

Pascal Gastien (Entraîneur de Clermont Foot 63)

Ce que certains observateurs ont l’habitude d’applaudir à chaque erreur commise, et effectivement il y a eu quelques réserves, couvertes d’une pointe de naïveté voire d’inconscience : “Mais ça aurait été une erreur de se priver à un moment donné, parce qu’on était dans la galère. Le projet du club

en fait partie sur le long terme et est bien plus fort que cette seule saison », a encore contredit le coach samedi soir.

L’année dernière, comme cette année, encore de la joie… Sauf, comme le soulignait Florent Ogier, suspendu… de veiller à l’évolution des autres partitions, qu’en 2021 le rideau s’est tiré une fois sur la compétition, et avant une à juste 1.000 personnes à jauge réduite, crise sanitaire oblige, la montée à Montpied avait été fêtée. 12 mois plus tard ils seront 12 fois plus samedi à “vulcaniser” le stade de Champratel. prime

Strasbourg – CF63 (1-0) : les notes des Clermontois lâchées sous les applaudissements de la Meinau

12 000, qui se frotteront sûrement encore les yeux une petite semaine plus tard : Car lors de la dernière journée de championnat, contre les autres voisins, les Lyonnais, c’est un match qui compte… gratuitement, sauf pour la fête !

Pas sûr que Mohamed Bayo, l’enfant de Clermont, et ses compagnes, le 8 août 2021, alors qu’ils revenaient sur la pelouse d’un Bordelais au destin qui devait s’avérer être le contraire, osaient y penser. Et pourtant…

Bien que l’on précise que cela inclut également le club autrichien de Lustenau, qui vendredi, en parfait timing avec la “maison mère”, a officialisé sa propre montée en première division autrichienne !

Jean Philippe Béal

Leave a Comment