ce n’est “pas une petite coupure”, estime Abraham

L’ancien attaquant de Chelsea a une chance de remporter un nouveau trophée européen si l’AS Roma bat Feyenoord le 25 mai.

Si elle n’a pas le prestige de la Ligue des champions remportée par son ancien club de Chelsea l’an dernier, la conférence de Ligue Europa n’est “pas un petit trophée”, assure l’attaquante anglaise de l’AS Roma Tammy Abraham, venue relancer sa carrière pour débuter l’Italie. .

“Chaque finale est une finale, peu importe la compétition”tranche le joueur de 24 ans lors d’une rencontre au centre sportif de Rome avec deux agences de presse internationales avant la finale de la C4 contre Feyenoord le 25 mai à Tirana.

VOIR ÉGALEMENT – La belle première saison de Tammy Abraham à Chelsea

Avec neuf buts européens, dont sa tête décisive lors de la demi-finale retour contre Leicester (1-0, match aller 1-1), l’attaquant dégingandé a joué un rôle déterminant dans la route du succès des Giallorossi cette dernière année dans les trophées européens, qui se déroulent dans la hiérarchie des compétitions interclubs européennes en dessous de la Ligue des champions (C1) et de la Ligue Europa (C3).

Certainement pas le plus glorieux. Mais cela permettra peut-être à la Roma de remporter un premier titre depuis la Coupe d’Italie en 2008 et un premier trophée en compétition UEFA.

C’est un trophée et ce sont les moments dont on se souvient dans une carrière.”estime Abraham, l’an dernier avec le vainqueur de la Ligue des champions des Bleus, même s’il n’a en réalité disputé que des matchs de poule, peu utilisés par l’entraîneur Thomas Tuchel à l’époque.

Ce besoin de jouer et de relancer une carrière au point mort est ce qui a convaincu ce pur produit du centre de formation de Chelsea de quitter la Premier League pour rejoindre l’Italie l’été dernier et un club qui ne s’est qualifié que pour la modeste Conférence de Ligue Europa qualifiée.

Il a été séduit avant tout par José Mourinho« Longtemps l’un des meilleurs entraîneurs du monde ».

“Lorsque nous nous sommes parlé au téléphone, j’ai vu qu’il avait des ambitions, que le club avait des ambitions et un plan pour la direction à suivre. Lorsque vous menez le club à la finale après tant d’années, vous pouvez voir à quel point ils s’en sortent.poursuit l’attaquant anglais face au Portugais, deux fois sur le banc des bleus.

Pour Abraham, Mourinho a exhorté la Roma à faire un gros chèque : plus de 40 M€ hors bonus, faisant de l’Anglais la recrue la plus chère de l’histoire du club, à égalité avec le Tchèque Patrik Schick (42 M€ en 2017). ).

Mais l’investissement a immédiatement porté ses fruits : 25 buts marqués toutes compétitions confondues, un physique au top (aucune absence pour blessure) et un mental irréprochable qui font de lui un favori du Stadio Olimpico.

“Dès le premier jour où je suis entré dans Rome, je me suis senti comme l’un d’entre eux. C’était de l’amour, de la passion… Je me suis tout de suite dit que je donnerai mon sang, ma sueur et mes larmes pour ce club ! Ça a été une année fantastique”concède Abraham, qui a lui aussi retrouvé l’équipe d’Angleterre à l’automne après avoir raté le Championnat d’Europe (non nommé).

mais “Il reste encore deux finales”ajoute-t-il, en pensant non seulement à Feyenoord – une vraie finale, mais aussi au dernier match de championnat vendredi à Turin.

La Roma (actuellement 6e) doit s’imposer pour assurer la qualification en Ligue Europa la saison prochaine (5e et 6e promis). Mais en cas d’échec il y a une seconde chance : le vainqueur de la C4 a aussi le droit de jouer la C3.

Leave a Comment