CAN, World Cup Dam, Premier League, Champions League… Salah a tout perdu en quatre mois

2022 est suivi de déceptions pour Mohamed Salah, malchanceux tant en club qu’en sélection. L’attaquant égyptien de Liverpool a connu la défaite en finale de la CAN et de la Ligue des champions. Il a également échoué dans les barrages pour la Coupe du monde et dans la conquête de la Premier League.

Manque de chance, Michael Ballack est probablement intouchable. Alors qu’il visait le triplé historique avec le Bayer Leverkusen en 2002, le mal-aimé milieu de terrain allemand s’incline tour à tour en finale de Coupe DFB (face à Schalke), en finale de Ligue des champions (face au Real Madrid, avec la volée folle de Zinedine Zidane) et en Mondial Finale de coupe (contre le Brésil). Cette année-là, il a également raté le titre dans la dernière ligne droite de la Bundesliga. Longtemps en haut du tableau, son équipe s’effondre et laisse la couronne au Borussia Dortmund. Cela peut difficilement être pire. Même si Mohamed Salah doit admettre qu’il rivalise désormais de malchance, tant d’échecs se sont succédés pour l’attaquant de Liverpool.

Grosse déception du choix

En moins de quatre mois, il vient de subir une défaite en finale de la Coupe d’Afrique des nations, un KO en barrages de la Coupe du monde 2022 et une défaite en finale de la Ligue des champions. Sans oublier ce scénario complètement démentiel en Premier League où Manchester City a été sacré champion d’un tout petit point sur Liverpool. Bien sûr, ces déceptions ne doivent pas occulter tout ce qu’il a accompli cette saison. Sans ses 31 buts toutes compétitions confondues, les Reds n’auraient pas excellé en Liga et en Coupes d’Europe. Un record auquel il faut ajouter 16 passes décisives. De quoi faire de lui l’un des grands favoris du Ballon d’Or, même si Karim Benzema se pose en candidat numéro un pour remplacer Lionel Messi depuis samedi soir et la victoire 1-0 du Real Madrid sur Liverpool.

A Saint-Denis, les inspirations et le sens du placement de l’Egyptien en ont fait un poison permanent de la défense merengue. Et il a fallu plusieurs arrêts d’un Thibaut Courtois au sommet de son art pour l’empêcher de faire trembler les filets. Mais au final, cette soirée a été une nouvelle déception pour le numéro 11 des Reds. Comme le 6 février. Oblitéré et sans inspiration, le meneur des Pharaons avait largement déçu en finale de la Coupe d’Afrique des Nations contre le Sénégal de Sadio Mané (0-0, 4-2 aux tirs au but). “On va se venger d’eux”, a-t-il ensuite lancé, évoquant le barrage qualificatif entre les deux finalistes de cette CAN fin mars. Encore raté. Le Sénégal avait détruit à jamais les rêves égyptiens.

Une fin de saison compliquée

Après avoir remporté le match aller (1-0), les hommes de Carlos Queiroz n’ont pas fait sensation au match retour, la défaite équivalant à une élimination aux tirs au but (1-0, 3-1). Une séance marquée par l’échec de Salah, le premier tireur, qui avait envoyé le ballon au-dessus du cadre défendu par Edouard Mendy. Sans doute marqué par ces frustrations de sélection, il est apparu moins en forme en fin de saison quand tout est décidé où seront remportés les trophées. Cela n’a pas empêché Liverpool de faire pression sur City et de croire au titre jusqu’au bout. Pendant plus d’une heure lors de l’ultime journée de la rencontre, les hommes de Jürgen Klopp ont cru toucher le jackpot, mais Manchester City a finalement renoncé pour son troisième titre de champion d’Angleterre en quatre ans. La finale de C1 était donc le dernier espoir de bonheur de Salah avant les vacances.

La malchance a frappé à sa porte. Comme s’il n’avait pas le droit de se venger du Real qui s’était blessé en 2018 lorsque l’ogre merengue avait anéanti les Reds en finale de C1 à Kyiv (3-1). L’année suivante, Salah réplique en remportant la coupe (2-0 contre Tottenham). Répéter jusqu’en 2023 ?

Leave a Comment