Burak Yilmaz, Histoire d’une aventure couronnée au LOSC

En deux saisons sous les couleurs lilloises, Burak Yilmaz aura tout vécu avec le LOSC, du titre de champion de France aux matchs cruciaux de la Ligue des champions. Un bref passage dans lequel l’attaquant turc a bouclé l’une des plus belles histoires du club, devenant leader déchu d’une équipe en fin de cycle. L’histoire d’une histoire lilloise hors du commun qui restera à jamais gravée dans l’histoire du club.

Une arrivée discrète mais confiante

L’attitude sérieuse et posée de Burak Yilmaz lors de sa présentation officielle en conférence de presse, marquée par un regard pénétrant et concentré, a révélé les ambitions de l’ancien joueur du Besiktas dès son arrivée à Lille. Après avoir remercié les dirigeants lillois pour la confiance qu’ils leur avaient témoignée, l’attaquant turc s’est présenté en une phrase : “J’ai joué dans des clubs avec beaucoup de pression et c’était un avantage positif pour moi”. Des mots qui résument parfaitement le parcours atypique de celui qu’on surnomme “Kral” en Turquie. Pays où il a évolué dans les trois clubs hostiles d’Istanbul, trois équipes sous haute pression : Fenerbahçe (de 2008 à 2010), Galatasaray (de 2012 à 2016) et Besiktas (de 2006 à 2008, puis de 2019 à 2020). Le capitaine de l’équipe de Turquie, arrivé fraîchement à Lille à l’été 2020, révélera qu’à 35 ans il n’a pas quitté son championnat local une deuxième fois en vacances après avoir passé du temps en Chine entre 2016 et 2017 en France. Pourtant, son arrivée s’est faite discrète, alors que les supporters n’avaient pas encore digéré le départ à contrecoeur de Loïc Rémy et que le club recherchait un attaquant expérimenté qui pourrait apporter de la profondeur à l’effectif. De plus, des doutes subsistaient à l’époque quant à sa capacité à réussir en dehors de son pays d’origine en Europe alors qu’il entamait sa quinzième saison professionnelle.

Burak s’affirme comme leader

Généreux et déterminé, Burak Yilmaz n’hésite pas à montrer que son rôle ne se limite pas à celui d’un attaquant expérimenté. Il sera l’une des raisons pour lesquelles Christophe Galtier et son staff poursuivront le 4-4-2 qui a fait sensation avant la longue pause provoquée par le COVID-19 (six victoires lors des sept dernières journées), comme Loïc Rémy et Victor Osimhen. évoluaient ensemble en première ligne de l’attaque lilloise. Aux côtés d’un Jonathan David indécis mais utile, les Kral ont pris en charge le début de saison et ont prouvé leur efficacité en inscrivant neuf buts en championnat lors du match aller. Inscrivant souvent des buts importants comme celui de Nîmes qui a permis au LOSC de s’imposer 1-0 dans des situations difficiles et à égalité avec l’OL, champion d’automne, et le PSG à mi-saison sur le podium de la Ligue 1 Uber Eats.

En Ligue Europa, Burak Yilmaz demande à rester sur le banc en phase de poules, mais c’est lui qui offre au club nordiste une qualification en huitièmes de finale. Le 3 décembre 2020, cinquième journée de la compétition européenne, il a marqué deux fois en moins de cinq minutes alors qu’il se dirigeait vers le match contre le Sparta Prague alors que les Tchèques menaient 1-0 à dix minutes de la fin. Comme un symbole de celui qui s’impose comme un acteur incontournable du secteur offensif lillois. Sa célébration de la colère et de la détermination après son doublé a marqué la fin d’une phase de groupes réussie pour les Dogues et a mis fin à une longue séquence sans phase à élimination directe européenne de plus de 15 ans.

En dehors des terrains, Burak Yilmaz s’est rapidement forgé une image d’homme sympathique au sein du LOSC, prenant sous son aile ses deux coéquipiers internationaux Yusuf Yazici, de retour d’une blessure aux ligaments croisés, et Zeki Celik. Caractérisé par un comportement irréprochable, il corrige l’un de ses rares écarts sur les réseaux sociaux après avoir quitté tôt le meeting niçois.

Le Kraal à la recherche du Graal

L’année 2020 de Burak Yilmaz se termine par une déclaration en téléfootune autre démonstration de l’ambition du Turc. “J’ai un rêve avec Lille, mais je préfère ne pas te le dire. J’espère qu’à la fin de la saison nous aurons l’occasion de faire un autre reportage pour vous dévoiler ce rêve.. Les actes s’ajoutent aux paroles. Après deux mois de compétition interrompus par une blessure au mollet, le numéro 17 lillois revient dans l’une des finitions les plus indécises de ses dernières années de Ligue 1. Haut de tableau mais suivi de près par Paris, Lyon et Monaco, le LOSC semble manquer de jus pour finir le travail. Ceci sans compter sur le retour phénoménal de leur attaquant turc, qui permettra au club nordiste de garder l’avantage jusqu’à la fin de la saison. La recherche du graal débute le 9 avril 2021 (J32) lorsque Burak Yilmaz tire sur Alexandre Oukidja et marque l’ouverture du score lors du 60e match contre le FC Metz alors que Lille dominait au stade Saint-Symphorien.

En mission, le Kraal poursuit sa route deux semaines plus tard à Lyon (J34) lors d’une soirée surnaturelle remportée par Lille 3-2. Mené de deux buts sur ses adversaires directs, le LOSC est revenu dans le match sur un coup franc direct juste avant la pause du n°17, avant d’être la passe décisive après la pause pour l’égalisation de Jonathan David. En fin de partie, Burak Yilmaz cherchera seul la victoire, corrigeant Anthony Lopes d’un ballon épinglé dans les jambes après 85 minutes de jeu. Symbole d’une forme sensationnelle qui a permis au LOSC de s’affirmer et a également mis fin aux espoirs de titre de Lyon.

Le lendemain, le Kral a mis en place les bonnes conditions lors de la victoire 2-0 des Lillois face à Nice avant de se rendre au stade Félix Bollaert (J36) lors d’un derby mythique que les Dogues ont remporté 3-0. Buteur à l’aller, l’attaquant lillois a écrasé son adversaire d’un nouveau doublé dans la soirée. Il donne le but du 2-0 au LOSC d’un tir lointain hallucinant de son pied malade, ajoutant encore plus de magie à une fin de saison irrationnelle.

Les efforts surhumains de l’attaquant turc sont récompensés par le titre de champion de France, remporté deux semaines après le derby d’Angers. Un match remporté 2-1 pour l’histoire dans lequel le Kral a inscrit son seizième but en championnat aux tirs au but. Porteur du LOSC dans les dernières journées du championnat, Burak Yilmaz a certainement signé l’un des plus grands exploits du championnat de France du 21e siècle.

De bons souvenirs de la Ligue des Champions malgré la baisse de confiance

Dans un collectif parfaitement coordonné et combatif, Burak Yilmaz a pris ses responsabilités pour amener le LOSC au sommet. La suite s’est avérée plus épineuse pour le numéro 17. Après le titre, l’euphorie est retombée. Face au retour d’un public plein d’attentes et d’excitation, les joueurs lillois n’ont plus la flamme de la saison dernière. Le début de saison 2021/2022 est difficile pour les Dogues. Contrairement au Canadien Jonathan David, auteur de 13 buts au match aller, certains ne sont plus là. Le grand héros du titre en fait partie. Burak Yilmaz, annoncé lors du mercato niçois, souhaitait rester au LOSC pour continuer sa belle histoire avec Lille. Si sa confiance ne fera que baisser au fur et à mesure de la saison, le Kral participera cette saison à la belle tranche de Ligue des Champions écrite par le LOSC. Après un coup franc anecdotique lors de la défaite 2-1 de Lille face à Salzbourg, c’est lui qui a remis les Dogues sur les bons rails lors de la dernière journée cruciale de la phase de poules de la Ligue des champions à Wolfsburg. Grâce à l’ouverture du score de leur numéro 17, le LOSC, collectivement transformé en Coupe des Grandes Oreilles, s’est imposé 3-1 ce soir-là et a enregistré son troisième succès consécutif dans cette compétition.

Premiers de leur groupe, les Lillois ont poursuivi leur chemin européen en 8e de finale face à Chelsea, dernier vainqueur de la Ligue des champions. Après un match aller raté et une défaite 2-0, l’exploit des Dogues semble inattendu. Pourtant, Burak Yilmaz, qui était sur le banc au match aller, et les siens se donneront l’occasion d’y croire en livrant un match fantastique à Lille le 16 mars 2022. L’attaquant nordiste a récompensé Lille d’une excellente première mi-temps et a ouvert la rencontre par un but à la 38e séance de tirs au but qui va faire exploser une ambiance déjà folle dans les tribunes du Stade Pierre Mauroy. L’espoir est permis pendant quelques minutes mais sera de courte durée après l’égalisation de Londres juste avant la mi-temps. Quel que soit le résultat final, les Lillois y auront cru, et c’était le plus important à retenir de ce qui semblait être une affiche déséquilibrée.

Une sortie digne

Dans cette admirable campagne de Ligue des champions, la flamme lilloise semble s’être rallumée. En revanche, les Dogues n’ont pas réussi à poursuivre sur cette lancée tout en conservant les mêmes difficultés du début de saison de la ligue. Burak Yilmaz ne marquera pas un seul but en championnat en 2022 en raison d’un manque de confiance, mais il terminera quand même la saison. Même après un stupide carton rouge à Troyes à quatre matches de la fin, les espoirs de qualification européenne ont finalement été anéantis. Lors de leur dernier affrontement au stade Pierre Mauroy contre le Stade Rennais, les supporters lillois ont pu rendre hommage à leur Kral en l’encourageant pour l’immense travail qu’il a fourni. De son côté, le Turc a bien rendu cette reconnaissance en assurant sa sortie. Dans une vidéo postée par le LOSC annonçant son départ, Burak Yilmaz a révélé son amour pour le club et leur a souhaité plein succès pour la suite et pour ceux qui resteront à bord du navire.

Burak Yilmaz a marqué le LOSC et personne ne l’oubliera. Même si son aventure ne s’est pas bien terminée, l’histoire a prouvé que les plus belles histoires d’amour ne finissent pas toujours très bien. Merci et bon voyage à Kral!

Leave a Comment