Bourse Zurich: le pessimisme s’installe en fin de matine

Zurich (awp) – La Bourse suisse, qui avait opté pour la prudence peu après l’ouverture, conservait ce cap à l’approche de la mi-journée. Les indices affleuraient encore la surface, mais les divergences entre les valeurs particulières s’affirmaient nettement. En dessous de la ligne de flottaison, les poids lourds bridaient toute velléité de rebond.

Dans le sillage d’un feu d’artifice de banques centrales ces dernières semaines, les garants de la stabilité monétaire se rappellent au bon souvenir des détenteurs de capitaux à l’occasion du forum annuel de la Banque centrale européenne (BCE) qui se tient au Portugal.

Sa présidente Christine Lagarde a déjà prévenu que l’établissement ne baissera pas les armes dans sa lutte contre l’inflation “excessivement élevée”. L’évènement doit aussi voir son homologue étasunien Jerome Powell prendre la parole mercredi.

A 11h00, le Swiss Market Index (SMI) reculait de 0,12% à 10’894,21 points. Le Swiss Leader Index (SLI) s’accrochait tout juste à l’équilibre à 1672,32 points et le Swiss Performance Index (SPI) s’affaissait de 0,17% à 14’021,85 points. Gagnants et perdants s’équilibraient peu ou prou parmi les trente plus imposantes valorisations.

Les trois poids lourds se trouvaient du mauvais côté de l’équilibre. Le béhémoth alimentaire Nestlé (-0,5%), visiblement affecté par la dégradation de sa recommandation par Morgan Stanley à “pondérer au marché”, avait toutefois abandonné la lanterne rouge à VAT (-2,4%). Les mastodontes pharmaceutiques Novartis (-0,2%) et Roche (bon -0,8%) étouffaient toute initiative de rétablissement.

Les valeurs du luxe par contre se portaient comme des charmes. Le gestionnaire genevois de marques Richemont (+2,1%) talonnait son concurrent horloger biennois Swatch Group (porteur +2,3%).

Les bancaires avaient aussi pris place dans le bon wagon. Credit Suisse (+0,9%) s’efforce de reconquérir la confiance des détenteurs de capitaux à la faveur d’une “plongée profonde pour investisseurs”. La banque aux deux voiles faisait jeu égal avec Julius Bär et devançait UBS (+0,5%).

Sur le marché élargi, Basilea bondissait de 2,1%, lancé par un succès clinique contre la bactériémie à staphylocoque doré. Le laboratoire rhénan devançait son homologue transalpin-néerlando-irlandais Cosmo (+1,8%), qui a revendiqué l’avancement d’une demande d’homologation de traitement contre la colite ulcéreuse au Japon.

L’assureur Helvetia (+1,3%) a relevé sa participation déjà majoritaire dans son homologue ibérique Caser.

Le chocolatier Lindt&Sprüngli (bon de participation +0,2%) a annoncé un changement pour octobre au faîte de sa direction générale.

Le producteur de dispositifs d’applications Medmix (-0,7%) a annoncé le départ de son président Grégoire Poux-Guillaume pour l’année prochaine. Le dirigeant hexagonal a cédé aux sirènes d’Akzo Nobel.

Le producteur de consommables dentaires Coltene (-5,4%) s’est fendu d’un avertissement sur résultats pour le premier semestre comme pour l’ensemble de l’exercice en cours.

jh/vj

Leave a Comment