Billal Brahimi, pas le temps d’attendre

A 22 ans, Billal Brahimi découvre l’équipe nationale. Ayant rencontré 5 clubs en 5 ans, l’ailier qui n’a pas de temps à perdre est le nouveau joueur sur la grille DZfoot.

Si l’équipe nationale de juin 2022 semble être sous le signe de la rédemption, comme en témoignent les convocations d’Anthony Mandréa, Akim Zedadka ou Billel Omrani, qui ont tous connu de nombreuses galères, la patience n’est pas du goût de tout le monde.

Pour Billal Brahimi, les choses vont vite, très vite. Né le 14 mars 2000 à Paris, l’ailier a voulu prouver à tout le monde dès son plus jeune âge qu’il était digne du monde professionnel. Si, contrairement aux trois noms ci-dessus, il n’a pas connu de centre de formation, dès l’âge de 15 ans il part au Portugal, à Leixões, pour un ultime essai. En deuxième division portugaise, il a poursuivi son développement pendant un an, bien qu’il ait qualifié cette expérience de “récompensedécide d’aller à Middlesbrough.

En Angleterre, où il va parce qu’il a été invité par le club, Brahimi est très, très intéressant. Il reçoit immédiatement une offre de contrat de formation de 2 ans, qu’il accepte sans hésitation. Très rapide à domicile en U18 (8 buts et 14 passes décisives en 25 matchs), il est promu en U23 et s’entraîne rapidement chez les pros, aux côtés d’un certain Adlène Guedioura, qu’il surnomme “Grand frère“.

Billal, qui n’a aucun lien de parenté avec Yacine, a poursuivi ses études en Angleterre et n’a même pas eu le temps de terminer ses bacs en France malgré la volonté de Boro de le rapprocher de ses parents. Il devient même international France U19, même s’il déclare régulièrement qu’il n’a pas encore définitivement décidé de sa nationalité sportive.

Aller très haut, très vite

Malheureusement pour le joueur, qui a par la suite déclaré rêver de Ligue 1, il ne jouera pas en équipe première avec le Stade de Reims. Il a refusé de rester en réserve, a été prêté au Mans FC, ex-MUC-72, pour la saison 2020-2021 et a littéralement explosé. En 34 matchs, Brahimi a inscrit 12 buts et délivré 10 passes décisives lors de sa première saison pleine chez les seniors dans une catégorie mi-pro, mi-amateur (National, 3e Ligue française) où beaucoup se cassent les dents. C’est son style explosif qui lui permet de réussir, comme il l’expliquera lui-même : “Quand j’entre sur le terrain, j’essaie toujours de marquer, de mettre la pression. Dès que j’atteins le ballon, la première chose à laquelle je pense est de m’approcher de l’adversaire, de le provoquer et de le contourner. J’aime dribbler, j’aime percer la défense d’un geste ou d’une accélération“.

En explosant ainsi au Mans, Brahimi aurait pu espérer rester à Reims… mais repartir. Cette fois, il revient avec un déménagement à Angers SCO, propriété de l’Algérien Saïd Chaabane. A 21 ans, il est donc promu en Ligue 1 Uber Eats et dans un club qui n’est pas parmi les pires. Il y franchit tous les échelons à une vitesse vertigineuse et fut réaffecté après seulement 3 titularisations en Ligue 1 (2 passes décisives).

Son avenir est avec l’OGC Nice, alors vice-champion et racheté l’été dernier par INEOS, qui n’hésite pas à investir massivement en lui. Pour un joueur qui n’a connu qu’une saison réussie en 3e division, Julien Fournier, directeur sportif du club d’Aiglon, a créé 7 millions d’euros (plus bonus) et permis à Angers, qui lui avait acheté 500 000 euros, une plus-value sensationnelle.

Si le jeune binational s’affirme gentiment à Nice (pour une fois !), en sortant du banc de touche à presque toutes les rencontres du club, il ne se prend pas pour un autre et poursuit sa progression avec humilité, comme il l’expliquera dans un longue interview avec la chaine Youtube VISTA donnée :”Si je réussis, ce n’est pas mon succès, c’est celui de toute ma famille ! Quand je m’amuse, je pense à eux, j’essaie de leur apporter quelque chose. (…) Nous mangions toujours bien et étions toujours bien habillés. Même si je suis le plus jeune de la maison, dans ma situation actuelle, c’est à moi de leur rendre quelque chose, grâce au football j’ai l’opportunité de le faire.

Les cheveux longs de Billal Brahimi sont donc destinés à envahir peu à peu l’imaginaire collectif. Talentueux, doté d’une mentalité travailleuse et très ambitieuse, le jeune ailier va désormais tenter d’enchaîner son avenir avec l’équipe nationale… avant de paver son destin de lettres d’or et d’une carrière dans les plus grands clubs ?

DZfoot

Leave a Comment