Bernard Serin : La fin d’une époque ?

Au lendemain de son allocution devant les médias, le président du FC Metz a donné quelques indices sur son avenir au club du Cross de Lorraine. Bernard Serin a-t-il déjà annoncé la fin d’une époque ?

Ses discours sont rares. Mais au lendemain du fiasco de la saison 2021-2022, au cours de laquelle les Grenats ont été une nouvelle fois relégués dans l’antichambre du football français, le président de la FC Metz parlé aux médias. Un discours qui questionne. Bernard Serin annonce la fin d’une époque ? Un demi-mot, et si on lit entre les lignes, la réponse est oui. Car lorsque le Président s’est accordé dix longues journées pour prendre des décisions, certaines allusions et certains mots résonnent déjà comme l’annonce de grands bouleversements.

Trop de descente ?

Une relégation en National (2012), trois relégations en Ligue 2 (2015, 2018 et 2022). Six saisons en Ligue 1, six saisons en Ligue 2 et une avec l’équipe nationale. C’est l’équilibre inverse du FC Metz depuis 2009 et présidence de Bernard Serin. Pourtant, cette nouvelle relégation semble plus difficile à avaler pour le président Messin : « Je ne pense pas avoir vu une saison où tout s’est aussi mal passé depuis cette date… Blessures, suspensions, fautes de lancer, le tout dans un climat post-Covid compliqué et une ambiance interne contradictoire. Et cela malgré des efforts en dehors du sport. Le regret est grand, peut-être plus que sur les départs précédents. Et contre toute attente, Bernard Serin suppose faire partie du contrôleur : J’ai ma part de responsabilité. Si ça ne marche pas, ça touche le président, le directeur sportif et l’entraîneur. »

Bernard Serin à l’inauguration du Cercle des Paraiges

“Peut-être que j’ai besoin de prendre un peu plus de recul” ?

Si le président de FC Metz a déjà connu des road trips et aliéné une partie du public depuis plusieurs années, son engagement, notamment sur le plan moral et financier, ne peut être remis en cause. Alors que certains lui reprochent de ne pas avoir une présence suffisante sur les bords de la Moselle, la bonne tenue des comptes du club à la Croix de Lorraine lors des visites à la DNCG et les retours immédiats parlent d’eux-mêmes. Et si l’échec sportif est indéniable, l’évolution de FC Metz ces dernières années a été brillant, qu’il s’agisse du stade ou des deux centres d’entraînement. Mais la remise en question de Bernard Serin est désormais clair : Peut-être dois-je prendre un peu plus de recul ? »

Que signifie cette question? Bernard Serin va un peu plus loin lorsqu’il parle de son avenir : ” Un jour, je devrai abandonner comme Carlo Molinari. Mais il avait 75 ans, j’en ai 72. Si le président l’évoque à la légère, il n’en demeure pas moins que la question est posée. Et c’est là que réside la nouveauté de son discours. Est-ce une publicité déguisée ? Bernard Serin Ira-t-il pour un dernier cycle de trois ans ? Son amour pour FC Metz est intacte. Mais ce nouvel échec sportif pourrait bien être son dernier.

“Créer les conditions pour récupérer au plus vite”

Le chantier s’annonce immense. La liste des acteurs en fin de contrat est longue et les départs prévisibles pour l’équilibre budgétaire et la création de valeur sont légion. Si la FC Metz Si on veut monter rapidement en Ligue 1, il faut combler les lacunes et investir à nouveau dans un projet sportif fiable. Mais avec qui ? Trois acteurs principaux semblent être sur la sellette. Frédéric Antonetti, Philippe Gaillot et… Bernard Serin même. ” Je me suis totalement investi dans cette réflexion à travers le rôle que j’ai joué. Si vous lisez entre les lignes, tout semble possible. Peut-être les trois intéressés resteront-ils en poste et une nouvelle politique sportive est-elle garantie. Mais la tendance semble changer. Cependant, les décisions doivent être prises rapidement et sans concessions car la reprise viendra vite. Une bonne main-d’œuvre ne se construit pas au cours d’une année FC Metz savoir maintenant

Alors, nouvel entraîneur ? Nouveau directeur sportif ? Nouvelle présidence ? La révision de l’organigramme semble inéluctable. Qui fera les frais de cet énième fiasco ? Réponse sous dix jours…

L’intégralité de l’interview est disponible sur le site du Républicain Lorrain et sur la chaîne YouTube de Moselle TV.

crédit photo : Matthieu Henkinet/LGM

Leave a Comment