Benoît Michelena : “Les matches de Ligue 2 sont bien plus douloureux que les matches de Ligue 1” – Girondins

Le directeur du Pôle Espoirs de Talence, Benoît Michelena, s’est exprimé via ARL dans l’émission Top Marine et Blanc sur la situation des Girondins de Bordeaux et de leur centre de formation.

ARL : Quelle est votre réaction à la relégation des Girondins de Bordeaux en Ligue 2 ?

Benoît Michelena en top marine et blanc “C’est une nouvelle qui évidemment m’attriste mais qui me ramène aussi à des temps moins glorieux où j’étais beaucoup plus jeune depuis la saison 1991/92. Ou quand j’étais au club dans moins de 17 ans, c’était déjà arrivé. L’équipe était restée dans le classement sportif, mais a malheureusement été reléguée en Division 2. Alors bien sûr un arrière-goût très amer, car Bordeaux en Ligue 2, c’est marrant aujourd’hui, mais c’est quand même la triste réalité.

Bordeaux peut-il revenir directement en Ligue 1 ?

“Donc ça va probablement être multifactoriel. Le supporter que je suis veut évidemment un come-back immédiat. Parce que je pense au club qui m’a fait découvrir le football. Mais je pense aussi à tous ceux qui le veulent. Tout dans le monde a besoin de Bordeaux en Nouvelle-Aquitaine. Malheureusement, les matchs de Ligue 2 sont beaucoup plus difficiles que les matchs de Ligue 1 et il faudra donc former un groupe et le faire vivre.”

Les jeunes du pôle espoir des talents rêvent-ils encore de s’installer aux Girondins de Bordeaux ?

“Bien sûr, les Girondins de Bordeaux, c’est toujours un rêve parce que l’histoire est très nouvelle et finalement contemporaine pour ces jeunes joueurs. Il s’y frotte, ils le vivent. Mais le Bordeaux qu’ils connaissent, c’est le grand Bordeaux, qui fait rêver”. et dispose d’un centre de formation reconnu en France.

Aussi, je fais toujours attention à ne pas confondre ce qui se passe en Ligue 1 avec ce qui se passe dans l’académie, car ces deux mondes sont complètement différents et c’est pourquoi il est très difficile d’obtenir un niveau en dessous de la Ligue 1.”

Concernant les jeunes joueurs au poste de gardien de but

« En effet, le poste de gardien de but est un poste de footballeur avec de nombreuses particularités. Il faut avoir plusieurs compétences pour être gardien de but. Parce que nous voulons que les gardiens commandent la défense, coordonnent les contre-attaques, attrapent les ballons en l’air, frappent et effectuent des arrêts réflexes.

Il faut beaucoup de travail pour atteindre ce niveau de compétence. Je me souviens encore du jeune Landreau quand il est arrivé, il n’est plus jamais ressorti.

Donc c’est aussi le football à ce niveau, le football où tu tentes ta chance, tu profites de chaque opportunité qui se présente à toi et puis tu ne fais pas d’erreurs, tu n’as pas à faire d’erreurs. Parce que dans notre environnement, dans ce système, ça ne pardonne pas.

Comment avez-vous vécu le déclin administratif des années 1990 ?

“Donc au final ça se passait super bien à l’époque, tout s’est fait assez vite, plutôt bien, à l’intersaison. Ça a fait du bruit sur place, certes, mais les joueurs présents à l’époque ont réussi à imposer la mayonnaise, ils ont réussi à ramener ce groupe en Ligue 1. Bon, j’avais 17 ans et je me souviens très bien que Bernard Jiménez, Philippe Lalanne et Cie ont fait le boulot, ils étaient là, ils étaient présents. Puis c’est finalement parti comme une lettre à la poste.”

Leave a Comment