Aurélien Tchouaméni, l’ambitieux milieu de terrain qui a gagné pour les Bleus sans sauter les marches

Il fut un temps où N’Golo Kanté ou Paul Pogba manquaient un match à l’équipe de France et Didier Deschamps peinait à leur trouver un remplaçant capable d’assurer le même niveau de performance que les deux entraîneurs champions du monde que les Bleus semblent avoir obtenus. met la main sur la perle rare, le milieu de terrain de l’AS Monaco Aurélien Tchouaméni (9 sélections, 1 but).

En l’absence de Paul Pogba, forfait pour cette rencontre, Tchouaméni assure l’intérim du milieu de terrain. Vendredi dernier, le Monégasque a affronté le Danemark au Stade de France, montant en puissance au fur et à mesure de la partie et dominant l’entrejeu. Sans complexes ni pression malgré la défaite face aux demi-finalistes des derniers Euros (1-2). Lundi 6 juin, Deschamps devait de nouveau titulariser Tchouaméni pour le deuxième match de la Ligue des Nations des Bleus face à la Croatie.

Alors que l’effectif tricolore est généralement épuisé de corps et d’esprit par la saison, Tchouaméni fait partie des plus frais. Avec 59 matchs disputés cette saison en clubs et en sélections, il est celui qui a le plus joué avec les Bleus. Lors de l’ultime séance d’essais dimanche sous la chaleur étouffante de Split, c’est lui qui a terminé à l’une des deux places médianes aux côtés de Mattéo Guendouzi. Signe qu’aux yeux de Deschamps, Tchouaméni a effectivement dépassé le n°3 dans ce secteur du jeu, derrière Pogba et Kanté et devant Adrien Rabiot.

En octobre dernier, sa prestation en finale de la Ligue des Nations face à l’Espagne, pour sa cinquième sélection, avait impressionné. Ce premier trophée remporté par Tchouaméni l’emmène enfin dans une nouvelle dimension. Une dimension internationale. Le tout pour un jeune joueur de 22 ans qui n’a jamais disputé un seul match de Ligue des champions. Pourtant, Tchouaméni n’est pas du genre à brûler les étapes. Celui qui a été élu meilleur espoir de Ligue 1 à l’issue de la saison 2020-2021 est ambitieux mais a toujours franchi les caps un par un.

Une linéarité qui a fait regretter à son entraîneur des U20, Bernard Diomède, de ne pas l’avoir repéré plus tôt. “Je l’avais vu en U18 et U19. Mais quand je l’ai eu avec moi et que j’ai vu son potentiel, son intelligence, son approche du football, je me suis demandé pourquoi il n’était pas arrivé plus tôt.», explique franceinfo:sport celui qui l’a préféré à Guendouzi, Boubakary Soumaré ou Michael Cuisance.

Décrit comme “modeste“, “travailleur” et “Ecoutez“, Tchouaméni progresse pas à pas. Matthieu Chalmé, qui a été son entraîneur de l’équipe réserve à Bordeaux lors de la saison 2017-2018, se souvient d’un Tchouaméni”qui s’ennuyait parfois, c’était si facile“.”Il aimait beaucoup jouer à la garde. Mais c’était trop facile, alors nous avons essayé de le transmettre en tant que relayeurs. Il était hésitant au début, mais nous en avons pas mal discuté. Au final, il l’a aimé et s’est rendu compte qu’il pouvait ajouter une autre dimension à son jeu.dit Chalmé.

Tchouaméni est conscient de certaines qualités qui l’ont conduit à sa première sélection avec les Bleus en septembre dernier contre la Bosnie-Herzégovine à Strasbourg (1-1). Et cela l’encourage à continuer à rechercher des choses plus élevées. “Au dernier rassemblement, nous avons parlé tous les trois à Lionel (Rouxel, entraîneur U18) et Aurélia. Il nous a dit qu’il est jeune et qu’il ne veut pas se fixer de limites. Ça nous a façonné‘ décrit Diomède.

Parcourez les étapes, mais une à la fois, et rencontrez des difficultés en cours de route. Tchouaméni a donc dû lutter lorsqu’il a rejoint Monaco à l’été 2020 pour un montant de 18 M€ en provenance de Bordeaux, son club formateur. “Il y a mis plus d’intensité. La compétition était si féroce qu’il n’a pas pu s’empêcher de tout donner. Il se surmontait», assure Diomède. Une expérience qui lui a servi à s’affirmer en équipe de France au milieu de joueurs sacrés champions du monde en 2018.

Aurélien Tchouaméni lors de l'entraînement des Bleus au stade Poljud le 5 juin (FRANCK FIFE / AFP)

Récemment, Tchouaméni a fait ses preuves dans le domaine offensif. Un premier but avec les Français en mars pour remporter la victoire face à la Côte d’Ivoire, puis un doublé, deux buts de l’extérieur, face à Lille en Ligue 1. Techniquement au-dessus de la moyenne, Tchouaméni jouerait dans un milieu de terrain plein placé dans la Capable de défendre. , voir ainsi que l’attaque.

Le tout en temps utile. La priorité d’Aurélien en ce moment est de garder son jeu propre et au fur et à mesure de sa carrière il lâchera prise», s’agace Chalmé. Quant à Monaco, son entraîneur Philippe Clément est conquis : «C’est un joueur exceptionnel avec une envie de s’améliorer. Chaque mois, il passe par différentes phases. Il est clair qu’il aura un grand avenir.

Deschamps aussi. “C’est un haut niveau par rapport à ce qu’il nous a déjà fait. Il a un énorme potentiel avec beaucoup de contrôle. (…) Il est en constante évolution. C’est une très bonne chose pour l’équipe de France et pour moi.», assurait le coach lors du rassemblement de mars. Si Deschamps peut compter sur lui dans les prochains mois, il n’est pas certain que Clément Tchouaméni en aura encore dans son effectif la saison prochaine.

Il est temps pour le centre monégasque de passer à l’étape suivante, avec une sortie qui devrait être officialisée dans les prochains jours ou semaines. Une valse à trois se déroule actuellement entre le Real Madrid, Liverpool et le Paris Saint-Germain. S’il avait signé dans un grand club, Chalmé ne l’aurait pas fait.nul doute qu’il peut s’affirmer n’importe où‘, quelques mois avant le début de la Coupe du monde.

Une Coupe du monde au Qatar (21 novembre-18 décembre) qui sera la prochaine cible de Tchouaméni en sélection. Et que Deschamps se rassure : s’il ne peut pas compter sur Kanté ou Pogba, il pourra se reposer sur Tchouaméni, qui aura sûrement franchi plus de caps d’ici novembre.

Leave a Comment