Après les derniers jours de Ligue 1 et de Premier League : le multiplex pour relancer le foot à la télé ?

Valoriser les 15 dernières minutes d’un match, les buts marqués hors de la surface de réparation comptant double… Ces derniers mois, des propositions ont été faites pour réformer le ballon rond et sa manière de le diffuser à la télévision, pour adapter les nouvelles formes de consommation du football et une certain désintérêt des jeunes pour le petit écran. Et si l’une des solutions n’existait pas encore ? Un feu de signalisation dans votre maison : Tutululututututu. Les deux multiplex de Ligue 1 et de Premier League les 21 et 22 mai ont suscité un vif engouement. Le multiplex anglais a réuni en moyenne 544 000 téléspectateurs pour le Championnat d’Angleterre sur Canal+, son meilleur depuis janvier 2015.

Avec le multiplexage, on peut recréer une intensité qui n’est pas forcément présente dans les matchs.”

Combattant pour le titre en Angleterre, luttant pour la qualification en Ligue des champions ou encore luttant pour les play-offs côté français, il faut dire que les passionnés n’auraient pas pu faire mieux en terme d’effort le week-end dernier : “Ces problèmes sont fondamentaux et expliquent en grande partie le succès du multiplexageconfie Arnaud Simon, Président de President In&Out Stories et ancien Senior Vice President Sport Europe du groupe Discovery.

ligue 1

Et si le PSG gardait enfin Pochettino grâce à Mbappé ?

5 HEURES AVANT

Le grand avantage du multiplexage est que vous pouvez créer une intensité qui n’est pas nécessairement présente pendant les jeux eux-mêmes. Ce sont des moments qui permettent une expérience de suivi des rencontres plus immersive.», analyse Arnaud Simon, qui estime qu’ils pourraient se multiplier dans la saison : «Aujourd’hui, Amazon détient 80 % des droits de la Ligue 1. Ils pourraient offrir ce service pendant quatre matchs, peut-être trois..”

Tout comme le temps est l’ennemi du jeu, la routine est l’ennemie de la maîtrise

En revanche, pour des raisons sportives, il est impossible de proposer un multiplex dit total (avec les 10 matchs) en dehors de la première journée et/ou des deux dernières journées : “Tous les jeux doivent être joués simultanément donc il n’y a pas de calcul. Ce multiplex dit global ne peut avoir lieu qu’en tout début ou en toute fin de saison. Par contre, si on parle de multiplex “légers”, je ne vois pas d’enjeu de justice sportive.”

Alors pourquoi ne pas voir plusieurs multiplexes de trois ou quatre matchs tout au long de la saison ? “Les multiplex sont aujourd’hui trop cadrés. Donner la possibilité au diffuseur de s’adapter éditorialement à une histoire précise autour de deux ou trois jeux peut être intéressant», plaide Arnaud Simon, qui ajoute : «Tout cela va probablement s’événementialiser et casser la routine. Tout comme le temps est l’ennemi du jeu, la routine est l’ennemie de la maîtrise.”

On pourrait même imaginer une proposition de mosaïque personnalisable où le spectateur pourrait regarder simultanément trois ou quatre matchs sur le même écran. C’est ce qu’Arnaud Simon développe pour le volley et ce qu’il souhaite développer pour le football : “Il peut y avoir plusieurs raisons pour lesquelles vous vous dites : « Je vais regarder le match de mon équipe puis 2 ou 3 autres matchs à côté parce que ça va me donner une soirée plus animée.« Représenter le football, permettre au diffuseur de s’adapter au contexte sportif, changer l’expérience du spectateur… Autant de pistes qui pourraient permettre de rattraper les ratés sans dénaturer la nature même du football.

ligue 1

Selon Macron, Sarkozy a aussi « beaucoup échangé » avec Mbappé.

IL Y A 14 HEURES

ligue 1

Haise prolonge le RC Lens jusqu’en 2025

IL Y A 18 HEURES

Leave a Comment