AC Ajaccio, une institution gérée comme une vraie entreprise

Alain Caldarella, directeur général de l’AC Ajaccio, est confiant. ” Nous pitchons bientôt et ferons tout notre possible pour réussir », indique-t-il en évoquant la présentation que doivent faire chaque année les clubs sélectionnés par Bpifrance pour faire partie de la Communauté des dirigeants, le mouvement que la banque publique d’investissement a lancé en 2013 pour soutenir le sport collectif français. , porteur de valeurs sociales et opportunités d’affaires accrues pour les territoires. Gagner fait partie de son ADN, même si Alain Caldarella, en bon entrepreneur, sait que la vie en entreprise est faite de hauts et de bas.” On a eu des difficultés financières une fois, souffle-t-il, c’est suffisant pour avoir moins de droits télé… Mais les choses sont revenues à la normale. Au-delà de la gestion quotidienne sans folie “Comme il le dit, c’est surtout grâce à une philosophie et une stratégie bien précises que l’AC Ajaccio a pu sortir de cette mauvaise phase.

Consolidation de l’acquis

Première, ” Nous avons une vision d’entreprise, avec l’idée de consolider ce qui a été acquis plutôt que de viser la promotion à tout prix et cela a fonctionné pour nous car non seulement nous avons tenu bon en Ligue 2 mais aujourd’hui nous pouvons espérer atteindre la Ligue 1* “, il explique. ” Ensuite, nous avons voulu découpler notre gestion des résultats sportifs », poursuit-il. Ensuite, il y a les partenariats. Le club compte 136 partenaires, un exploit dans un petit territoire comme la Corse. Mieux encore, pour renforcer les partenariats, le club les a en fonction de la taille des entreprises locales, généralement des PME et des TPE, Et offrant des prix suffisamment abordables pour qu’une petite entreprise puisse avoir son nom sur les maillots, entre autres choses. Et tout le monde a la possibilité de capitaliser sur cette présence. Nous sommes aussi le seul club en France qui change de maillot à chaque match. ‘ déclare le directeur général. De plus, comme d’autres clubs sportifs, l’AC Ajaccio gâte ses partenaires avec des loges VIP et même Very VIP, de nouveaux espaces de rencontres et de retrouvailles organisées avant et après les matchs. ” Il s’agit de tisser de vrais liens avec l’économie locale et c’est important pour la Corse d’avoir un club en deuxième division. Nous sommes porte-drapeau ‘ il assure.

Piloté par des dirigeants

Après tout, le club profite du dynamisme des leaders de la ligue pour la deuxième saison consécutive. ” Nous étions conscients que faire partie des Leaders était le signe que Bpifrance avait confiance en notre management, se souvient Alain Caldarella, ce qui bien sûr nous intéressait beaucoup. Mais on n’imaginait pas ce que ce club allait nous apporter. Ce que les dirigeants ont apporté à l’AC Ajaccio, c’est de l’échange et de nouvelles perspectives. ” Discuter avec d’autres clubs qui pratiquent des sports différents et qui ont des problèmes similaires ou différents des nôtres nous apprend beaucoupil continue. La gestion de la billetterie des clubs de rugby est donc exceptionnelle. Nous sommes très intéressés par leur logiciel pour voir comment ils parviennent à garder les fans de cette manière. Ça nous donne des idées. Sans le ” péché », communicatif, par Patrice Bégay, Directeur Exécutif Communication et Bpifrance Excellence, à l’initiative des Dirigeants… Autant dire que l’AC Ajaccio est sur la bonne voie. ” Appartenir aux Leaders donne une bonne image à notre institution. Le club repose désormais sur des bases solides », conclut Alain Caldarella. Une bonne base promet une croissance future. Cela s’applique à toutes les entreprises – y compris l’AC Ajaccio…

/////////////////////////////////////////////// // ////////////////////////////////////////// // / /// ////////////////

*Témoignages recueillis par Alain Caldarella, avant le 14 mai et la montée de l’AC Ajaccio en Ligue 1.