A Saint-Etienne, le “sauveteur” Pascal Dupraz a joué sa réputation

L'entraîneur de Saint-Etienne Pascal Dupraz lors du match de championnat de France de Ligue 1 à Nice le 11 mai 2022.

Pascal Dupraz est un personnage de la Ligue 1. Presque un archétype. Celui du pompier de service, cet entraîneur qui brave le feu avec un certain charisme et un optimisme titanesque pour sauver un club menacé de relégation. Ce samedi 21 mai, la fédération sportive stéphanoise espère lors de ce 38et et dernier jour.

Ça tombe bien, son entraîneur est l’homme du dernier jour à qui il doit en partie sa réputation. En 2014, Pascal Dupraz avait sauvé Evian-Thonon-Gaillard lors d’une “finale” face à Sochaux (3-0). Deux ans plus tard il réalise son chef-d’oeuvre avec l’entretien de Toulouse. Une victoire à Angers (3-2) interrompt une improbable mission de sauvetage à laquelle lui seul croit lorsqu’il arrive à dix points de retard sur le premier joueur non relégable de la Haute-Garonne.

Aujourd’hui la dynamique avant le trajet vers Nantes (21h) est complètement différente. Presque dans le sac quatre jours plus tôt, les Verts se retrouvent à faire des ballottages. Les Stéphanois ont 19 anssont et comptez sur un Paris-Saint-Germain pas trop démobilisé pour faire le boulot face à Metz, le 18et et play-off actuel (grâce à une meilleure différence de buts).

Samedi dernier, le pompier Dupraz a concédé un coup au casque après la défaite à domicile contre Reims (1-2) à la quatrième place consécutive. « C’est le désarroi qui l’emporte. En ne cumulant pas de points en nous contactant…” La phrase ne finit pas, mais en dit long sur son inquiétude.

Lors de cette conférence de presse, il ouvre le parapluie pour invoquer des “excuses”. “les déficits sportifs ahurissants” de ses joueurs et vise une défense intenable. “Je bricole depuis décembre et j’étais un entraîneur beaucoup plus respecté avant moi [Claude Puel] aussi bricolé. »

“Des recettes pour que l’équipe s’améliore”

Le ton contraste avec sa présentation du 15 décembre. J’ai la faiblesse de croire que j’ai des recettes pour rendre l’équipe meilleure” Il assume. Comme c’est souvent le cas, le technicien tire tous les fils sensibles. Il évoque l’histoire glorieuse des Verts, le souvenir de son père dans les travées de Geoffroy-Guichard. Sur le plan comptable, Saint-Etienne n’affiche jamais plus de trois points de retard sur le barragiste, Metz oui et son staff lui donnent certaines certitudes par rapport à ses rivaux dans la course à la victoire.

Dès le premier entraînement, l’ex-attaquant a adopté sa propre caricature, celle du meneur des hommes mal vu par des concepts trop élaborés. A ses joueurs lors d’une première séance filmée il lance : ” Peu importe si l’équipe adverse échange des passes à 60-70 mètres de notre but. Oh ! Dans quel livre est-il marqué qu’il faut immédiatement leur prendre la balle? Nous sommes sur place. »

En fait, les équipes savent faire autre chose que du béton. Au Monde En 2017, il dit souffrir d’être réduit à une grande gueule. ” Sous prétexte que vous êtes un bon orateur et que vous utilisez des leviers de motivation, cela signifierait que vous n’êtes pas un bon technicien. C’est insupportable. »

lire aussi Ligue 1 : Pascal Dupraz, “perdant” avec une soif de victoire

Mais c’est plus fort que lui. Dupraz aime jouer ce rôle de technicien terre-à-terre. Il l’a encore montré cette saison. “C’est bien d’avoir battu le pion par cette équipe clermontoise qui revendique les principes de Pep Guardiola. Je suis content d’avoir montré à Pascal Gastien [l’entraîneur clermontois] qu’un alpiniste pouvait faire jouer son équipe”, a-t-il déclaré, par exemple, après une victoire contre l’équipe promue en février.

Dupraz a fait Dupraz. Il chatouillait, provoquait et recevait un vilain contrecoup. Pascal Gatien lui a ainsi dédié le maintien de son équipe au bout de la 37e minuteet moment de la journée. ” On veut poser les bases d’une certaine philosophie du jeu. Ah, mais je dois faire attention à ce que je dis et mettre “philosophie” entre guillemets, sinon Pascal Dupraz pourrait me contredire. »

La mémoire du discours d’Angers

Avec Pascal Dupraz, personnage et dresseur se rejoignent. Ils doivent se battre contre un ennemi réel ou invisible pour mieux unir leur parti. En 2014, l’entraîneur d’Evian affrontait son homologue Hervé Renard sous le maillot blanc. Certainement un Savoyard. Mais Dupraz est de Haute-Savoie. Tout sauf un détail pour lui. Et à l’entendre, grâce à Renard, toute la France veut récupérer la subsistance des Sochaliers d’entre les morts. “Il ne faut pas décider du sort des matchs avant qu’ils ne soient joués”, annonce-t-il. La victoire confirmera cette communication agressive.

Pascal Dupraz prend naturellement la lumière, mais aussi la pression sur lui-même. Les caméras aussi. A Toulouse, sa conversation dans le sous-sol d’un hôtel angevin est devenue virale après la diffusion d’un reportage de l’émission “J+1” sur Canal+ Sport. Dupraz parle de fierté et d’amour (“Moi, tu comprends, je t’aime”), pousse les émotions très loin, diffusant des messages de soutien de la part des proches des joueurs, certains serrant même une petite larme. “C’était une épée à double tranchant. On s’est éclaté, on a pleuré, il y avait trop d’émotion. A Angers, nous avons notre pire match avec lui.” le milieu de terrain Etienne Didot a fait le ménage L’équipe.

En janvier, le quotidien révélait également que le nouvel entraîneur stéphanois avait autorisé le tournage d’un documentaire dans sa loge. Le projet a depuis été abandonné. En ce moment, il n’imagine rien d’autre qu’une fin heureuse. Les premières semaines lui donnent raison. En mars il s’y voit déjà “à un jeu dans la tête”entretien assuré. “J’aime aussi chanter”il ajoute.

Depuis, il est particulièrement désabusé. Malgré une réunion de crise avec ses joueurs après le naufrage à Lorient début avril (6-2), le meneur masculin semble avoir perdu le contact. Avec une moyenne de 1,14 balles de match, il navigue dans la même marée basse que Claude Puel (1,15). Son discours n’est plus efficace et ses décisions soulèvent des questions comme s’il a gardé sa foi en défendant Timothée Kolodziejczak ou encore l’ancien international Eliaquim Mangala. “mal critiqué” à Dupraz.

A entretenir ou non à la fin d’un éventuel barrage contre Auxerre Le 29 mai, les responsables de Saint-Etienne prépareraient déjà l’après-Dupraz en fin de contrat. Laurent Battles (libre) et Michel Der Zakarian (Brest) sont les noms suggérés. Le pompier Pascal Dupraz devra peut-être trouver une nouvelle caserne. Mais après tout, chaque saison, il y a une raquette ou deux à récupérer pendant l’entraînement.

Leave a Comment