Malgré des blessures récentes, Sampaoli loue la “merveilleuse” gestion physique de son équipe

Une inquiétude est vite partie. La victoire du week-end dernier face à Lorient (3-0) a soulagé plus d’un supporter de l’Olympique de Marseille après une série de contre-performances contre le Feyenoord Rotterdam et Lyon. Mais cela a également suscité une vague d’inquiétude, notamment juste après le troisième but de Gerson face aux Merlus. Le Brésilien est sorti blessé à la cheville et a été rapidement imité par Bamba Dieng. Le jeune attaquant a remplacé Cédric Bakambu blessé en première mi-temps. Un carnage qui avait suscité “l’inquiétude” de Jorge Sampaoli quelques heures seulement après l’annonce du forfait de fin de saison de Dimitri Payet.

Mais ce jeudi, à deux jours du choc face au Stade Rennais lors de la première des “deux finales” de l’OM en Ligue 1, l’inquiétude semblait s’être dissipée. « Amine Harit et Duje Caleta-Car ont repris l’entraînement ensemble, tandis qu’Arek Milik, Bamba Dieng et Cédric Bakambu se sont entraînés séparément. Bakambu d’autant plus qu’il est le joueur le plus touché”, a déclaré Jorge Sampaoli.

“Pablo Fernandez, l’un des meilleurs au monde”

Malgré ces blessures récentes, le sélectionneur argentin considère que le “traitement physique de [son] Des employés aussi formidables”: “Je pense que nous avons un préparateur physique qui est l’un des meilleurs au monde dans ce domaine, à savoir Pablo Fernandez. Malgré une petite équipe, il a réussi à nous garder compétitifs toute la saison, donc il en a le mérite.”

Un constat extérieur du préparateur physique de l’OGC Nice Nicolas Dyon, invité au stade Vélodrome par William Saliba pour le match face à Rotterdam. “L’Olympique de Marseille a eu très peu de blessés cette saison. Ils ont mis en place une stratégie de prévention des blessures et ont maîtrisé les rotations des joueurs malgré des matchs presque tous les trois jours. Si vous regardez leur nombre de blessés et leur forme physique, tout ce que vous pouvez dire, c’est bravo”, a-t-il déclaré.

“Une méthode complètement différente”

Et comme le précise le préparateur physique, “les joueurs les plus gravement blessés au cours de la saison sont Payet, 35 ans, Milik, souvent blessé, et Bakambu, qui n’a pas joué depuis longtemps”. A l’opposé du reste, un effectif très jeune et visiblement très engagé. “Dans leur stratégie de dépistage, ils s’appuient sur des joueurs avec professionnalisme. Je connais bien William Saliba, il a une telle idée de la façon dont il aborde ses réalisations et sa carrière”, ajoute Nicolas Dyon.

Qui pourrait aussi citer Mattéo Guendouzi, le joueur le plus utilisé dans les cinq grands championnats européens, ou Valentin Rongier. Après une saison où il a raté neuf matchs en raison d’une blessure au talon d’Achille, l’ancien Nantais n’a raté que trois matchs cette année avec Jorge Sampaoli. Peut-être le fait de son concours d’inflation avec son coach, comme Amine Harit a pu faire semblant sur les réseaux sociaux cette semaine ? “Quand on sort de la salle on est souvent gonflé, ça ne compte pas trop”, a plaisanté celui qui a plutôt vu des changements dans le mode de préparation collective :

C’est une méthode complètement différente, on a fait du cardio en pré-saison parce qu’on en a besoin dans le football de haut niveau. Mais le travail est surtout axé sur les exercices avec ballon et ça fait longtemps qu’on ne s’est pas entraîné sans ballon.”

“Nous avons eu un jour de congé, c’était très bien pour nous”

Un exploit d’autant plus valable que l’OM est l’une des équipes qui a le plus joué cette saison, et cela aussi jeudi en Ligue Europa puis en Conférence Europa. «Ils sont revenus de voyages improbables de l’autre côté de l’Europe avec des voyages d’une nuit et nous avons dû rejouer dimanche. Il faut respecter certains cycles de récupération, on a l’habitude de dire que le lendemain du match c’est la récupération, le lendemain une grosse fatigue survient, après ça il faut une journée pour repartir, et le quatrième jour c’est pour jouer. Mais ce n’est pas possible avec des matchs tous les trois jours”, se souvient Elie Baup, qui a beaucoup parlé aux plus grands clubs comme Manchester City pour comprendre leur planning.

D’où l’utilisation des données de performance physique pour cibler les joueurs les plus en forme, comme l’a souligné à plusieurs reprises Jorge Sampaoli tout au long de la saison. « Tout le personnel technique l’utilise. Il existe des statistiques physiques dans le jeu et de petits tests de routine répétés à titre de référence. Mais même ainsi, la gestion reste compliquée si vous jouez tous les trois jours. Il faut avoir bien travaillé la préparation”, explique Nicolas Dyon, qui rappelle aussi que “Sampaoli n’est pas Bielsa, il y a beaucoup plus de possession et moins de dépense énergétique”.

Et pour la première fois depuis deux mois et demi (la coupure du 20 mars était une trêve internationale), Marseille a enfin eu une semaine de repos avant d’affronter Rennes. «Ceux qui ont eu des perturbations mineures se sont rétablis et ont essayé de se reposer autant que possible. Nous avons eu une journée de repos, ce qui nous a fait du bien. Depuis que nous avons pris la relève, nous travaillons bien et avons plus de temps. C’est positif. On arrivera samedi avec plus de fraîcheur physique », a prévenu Valentin Rongier. Une fraîcheur bienvenue avant d’affronter deux équipes qui rêvent encore d’Europe, Rennes samedi et Strasbourg lors de la dernière journée de Ligue 1.

Leave a Comment