Rennes sous pression avant le derby à Nantes

Même si l’objectif européen n’est pas encore assuré, le sélectionneur a relevé la barre il y a 10 jours. Désormais, Rennes vise officiellement la Ligue des champions, si possible sans passer par les playoffs cet été.

Mais avec Nantes, Marseille et Lille, la dernière ligne droite s’annonce difficile. « La 2e place ne vient pas toute seule. C’est très difficile, mais il faut avoir cette ambition », répète Genesio.

Quatrième avec 62 points, à trois longueurs de Monaco et six de Marseille, Rennes doit se ravitailler à La Beaujoire pour éviter de se laisser aller sans trop lâcher de plumes avant le choc de samedi face à l’OM au Roazhon Park.

Et derrière eux, Strasbourg, Nice et Lens maintiennent la pression : en cas de faux pas, Rennes pourrait voir sa série historique de quatre Automnes européens stoppée.

“C’est quand même un derby”

Dans ces conditions, le derby nantais ressemble à un piège parfait. Vainqueurs de la Coupe de France samedi face à Nice (1-0), les Canaris ont beaucoup donné en finale puis beaucoup célébré. Mais même s’ils avaient de petits yeux dimanche, ils se présenteront énergisés et pleins de confiance.

Le Derby, “Nous y pensons vraiment parce que nous ne voulons pas dire du mal de tout ce que nous avons fait”, a averti Marcus Coco dimanche.

“On connaissait le trophée”, se souvient Benjamin Bourigeaud. En 2019, Rennes affrontait Monaco (2-2) trois jours après son sacre au Stade de France. “Il y aura de l’euphorie, mais ils seront contents de nous affronter. C’est toujours un derby.”

“Cela dépendra de celui qui a le plus grand désir, qui y met le plus de cœur mais qui ne fait rien non plus, qui sait gérer ses émotions. Dans de tels matchs, nous avons aussi tendance à paniquer. Il va falloir rester calme”, ​​prévient-il.

“C’est très important dans ces matches de finir à onze”, précise Génésio. « Le facteur émotionnel sera décisif. Nous devons le faire et en même temps avoir l’engagement de gagner.

Pourtant, dans un contexte bien plus favorable, Nayef Aguerd n’a pas fait le poids face à Lorient (5-0) fin avril : une erreur inutile, un carton rouge et deux matchs pour Rennes sans son défenseur.

forcer le verrouillage

En l’absence de Loïc Badé, qui a repris l’entraînement collectif mais n’est pas encore prêt, Baptiste Santamaria devrait revenir sur le pivot central aux côtés de Warmed Omari.

Tous deux s’étaient apaisés contre Saint-Etienne (2-0) il y a 10 jours, mais plusieurs attaquants ont été éloignés des Verts, alors que du côté des Canaris le trio Simon-Blas-Kolo Muani a poussé la défense niçoise comme rarement cette saison.

Dans le même temps, l’arrière-garde nantaise, emmenée par Nicolas Pallois, s’est montrée tenace samedi.

Pour forcer la suspension, Génésio s’appuie sur Jérémy Doku, la pépite belge de retour après une série de blessures qui l’ont éloigné des terrains pendant la majeure partie de la saison.

Le jeune ailier n’a pas 90 minutes dans les jambes, mais en fin de partie sa vitesse et sa puissance peuvent “frapper l’adversaire”, assure Génésio, surtout quand il n’est plus tout à fait frais.

Cela avait été le cas lors d’un précédent retour de blessure en novembre : entré à Lorient à la 69e minute, il avait marqué moins de 10 minutes plus tard d’une superbe frappe du gauche…

Leave a Comment