comment l’attaque niçoise a pesé sur le club azuréen cette saison

Sixième de Ligue 1, l’OGC Nice est toujours en lice pour se qualifier pour la Ligue des champions. Les Aiglons peuvent revenir 4e s’ils battent l’AS Saint-Etienne ce soir. Mais à en croire l’ultime élan du championnat, les Niçois vont devoir trouver une attaque qui leur fait clairement défaut depuis plusieurs mois.

“Les mots ne sont pas assez forts pour décrire la douleur que nous avons ressentie.” Mardi après-midi, Jean-Clair Todibo est revenu en conférence de presse sur la défaite de l’OGC Nice en finale de Coupe de France face à Nantes samedi dernier (0-1). Un revers majeur pour les Aiglons et un final à l’image de leur saison depuis quelques mois : une défense solide qui a rompu sur la fin et une attaque en berne.

Face aux Canaries, Nice n’a pas trouvé à redire ni créé d’occasion franche lorsqu’il s’est agi de les pousser vers les buts. Avec cette attitude, les joueurs de Christophe Galtier devront affronter l’AS Saint-Etienne en retard lors de la 36e journée s’ils veulent conserver leurs chances de qualification en Ligue des Champions en fin de saison.

Mais pour cela, Nice doit faire mieux, voire beaucoup mieux, en attaque. Depuis février, l’OGCN n’a marqué que huit buts en championnat, contre 36 pour Rennes, 28 pour l’Olympique de Marseille et 24 pour Monaco, ses rivaux directs pour les qualifications en C1. Les cinq buts d’Andy Delort sur les neuf derniers matches sont l’arbre qui cache la forêt : Nice est en difficulté offensivement.

Peu de bons joueurs offensifs

Début avril, Christophe Galtier avait déclaré : « Nous insistons pour faire entrer le lien offensif à l’entraînement. (…) Il faut utiliser les joueurs qui combinent le mieux et qui sont dans la meilleure forme. » Le problème, c’est que l’entraîneur n’a pas beaucoup d’attaquants en forme sur lesquels compter. Kasper Dolberg (six buts cette saison) et Amine Gouiri (dix buts) n’ont plus marqué depuis janvier.

L’ancien joueur de l’Olympique Lyonnais ne veut plus jouer en tant qu’ailier gauche mais y est contraint par la mauvaise forme des joueurs niçois. Justin Kluivert (trois buts cette saison) a été exceptionnel en Coupe de France face à l’OM en février mais ne s’est plus montré depuis. Calvin Stengs (un but) est décevant et n’a délivré qu’une passe décisive cette saison. Quant à Hichem Boudaoui (un but), avec un profil plus défensif, il est contraint de jouer sur un côté.

Nice, l’équipe la moins réaliste du championnat

Résultat : Nice se contente de victoires étriquées, battant Troyes (1-0) et Bordeaux (1-0) lors des deux dernières journées. Suffisant quand l’adversaire est faible, mais pas quand le succès offensif échappe au beau. Une constante depuis le début de saison pour les Aiglons. Après 35 journées, Nice n’a marqué que 44 buts sur un total de 55 buts attendus (buts attendus selon la position du tir, xG).

L’écart de Nice est donc de -11xG, le pire de la Ligue 1. Parmi les dix premiers du tableau, seuls Nice, Strasbourg (-0,11), Lyon (-6,72) et Lille (-9,15) sont négatifs. Outre le peu d’occasions, les Niçois développent une approche maladroite des buts adverses, surtout depuis le début de l’année 2022. De quoi glisser de la 2ème place détenue par Nice début mars à l’actuelle 6ème place.

Heureusement, Nice peut compter sur la meilleure défense de Ligue 1 (29 buts encaissés) pour rester en lice pour la qualification en Ligue des champions. Mais ce soir face à l’ASSE, c’est l’attaque qui est très attendue. Une fin de saison inégale pourrait mettre le feu aux poudres en interne du côté niçois, alors que Christophe Galtier a confirmé hier des tensions avec son directeur du football Julien Fournier.

Leave a Comment