Jonathan David, chronique d’une saison de chutes

Dégringolade, prénom féminin signifiant l’effet de la chute, est souvent utilisé pour parler d’une chute violente ou violente. Un nom qui représente bien la saison actuelle du LOSC, qui est loin de leurs nouveaux standards. Mais ce mot représente encore mieux la saison que traverse Jonathan David, d’attaquant célèbre à attaquant en difficulté.

Douze buts en première partie de saison de Ligue 1, un seul en deuxième partie de saison qui vient de s’écouler. Mais qu’aurait-il pu arriver à Jonathan David, qui a finalement semblé pouvoir atteindre son plein potentiel en réalisant une saison complète. Explications d’un exercice du rêve au cauchemar pour le jeune attaquant canadien.

Un agresseur sur la piste de son collectif

Après une première partie de saison, où le LOSC a alterné le chaud et le froid, un seul s’est envolé. C’était Jonathan David. Meilleur buteur du championnat pendant quelques jours, notamment en compagnie de Gaëtan Laborde, également en mauvaise forme, le Canadien n’a eu besoin que de quelques ballons par match pour marquer. On se souvient notamment de ses buts contre Brest ou contre Bordeaux, où l’inspiration et la confiance n’ont pas manqué. En Ligue des champions, c’est aussi lui qui a maintenu le LOSC en vie avec son but décisif lors de la victoire face au Red Bull Salzbourg. Mais peu à peu, la confiance s’est dissoute et a complètement disparu. Mais les performances offensives étaient déjà décriées dans cette première partie de saison.

Dans cette seconde partie de saison, le collectif lillois se sépare. Les matchs ont continué et sans la confiance et la sécurité de David devant le but, les résultats ont également été ternis. Les matchs gagnés par différence de buts sont devenus des matchs nuls et les matchs nuls sont devenus des défaites. Rien, alors, pour cimenter une confiance dans le destin. Jonathan David, souvent accompagné de Burak Yilmaz, a également perdu ses repères sans l’attaquant turc mais avec de nombreux partenaires différents. Un ajustement permanent qui n’a pas mis l’international canadien dans les bonnes conditions, tout comme les rencontres où il a joué seul au sommet. Qui est systématiquement meilleur avec un deuxième attaquant à ses côtés.

Une saison bien trop chargée pour David

60 jeux. Jonathan David n’a pas encore terminé cette saison, il a déjà 60 matchs à son actif. C’est trop. Trop pour un footballeur professionnel qui veut être performant à chaque match. Un paramètre très important à considérer lorsque l’on considère le bilan de la saison du numéro 9 canadien. En plus des nombreux matchs qu’il a disputés, il faut aussi ajouter les nombreux voyages qu’il a effectués pour se joindre à son équipe canadienne. Plus de 5500 km et sept heures de vol aller-retour entre son club et sa sélection. Sans parler des voyages aux quatre coins de l’Amérique pour disputer des éliminatoires au Salvador ou à travers les États-Unis, le compteur kilométrique du joueur commence à saturer.

Si l’on pensait que ses vingt-deux ans compenseraient tout cela, la fatigue se fait de plus en plus sentir dans les matchs et notamment ce vendredi face à l’AS Monaco où le Canadien n’a pas existé pendant les cinquante-cinq minutes. . Il n’est pas le seul joueur à souffrir de ses nombreuses sélections et des kilomètres parcourus entre l’Europe et l’Amérique du Sud. Les supporters assidus de la Ligue 1 l’auront remarqué : c’est Lucas Paqueta. Lui aussi avait très bien commencé la saison avant de sombrer peu à peu dans l’arrière-plan et de devenir l’ombre de lui-même pendant une grande partie de la seconde partie de saison.

Une déclaration qui a tout changé

Fin décembre, alors que Jonathan David était pressé, l’agent du joueur, Nick Mavromaras, déclarait sur Radio Canada Info que son attaquant quitterait le LOSC à la fin de la saison : “Pour nous, l’objectif est de finir la saison à Lille, mais ce sera sa dernière saison là-bas pour plusieurs raisons. Je pense que la Premier League est une excellente option pour lui. Je pense qu’il aime aussi beaucoup l’Espagne car il aime le toucher de balle et les joueurs très techniques. Ces deux ligues sont de grandes priorités pour lui, mais nous n’excluons rien. On ne sait jamais au Paris Saint-Germain ou dans les grands clubs italiens. C’est normal que tous ces grands clubs s’intéressent au meilleur buteur de la Ligue 1, mais je peux vous dire qu’il n’y a pas d’offre officielle aujourd’hui. »

Une déclaration qui frôle l’irrévérencieux en évoquant de nombreuses cibles potentielles pour le joueur, mais aujourd’hui tout (ou presque) a changé. Jonathan David, qui était le meilleur buteur de Ligue 1 au soir de la 19e journée, n’a marqué qu’un seul but depuis. Son départ est de plus en plus incertain. Avec la valeur boursière en baisse et le désintérêt de plusieurs grands clubs inquiets pour leur seconde partie de saison, le LOSC peut espérer conserver son avance encore un an. Sera-t-il donc à Lille au début de la saison 2022-2023 ? Les réponses seront données cet été mais une chose est sûre, la saison de Jonathan David doit être considérée comme moyenne compte tenu des qualités du joueur et le LOSC doit défier avec lui.

Leave a Comment