Monday Tackle – C’est Frexit tous les ans en Ligue 1 !


VS’A la fin du bal, les musiciens sont payés. Malheureusement, comme à leur habitude, les clubs français se sont empressés de quitter la soirée tôt. Sur les six équipes représentées à la finale des trois compétitions européennes, six pays différents sont représentés… Vous l’avez compris, la Ligue 1 n’est pas concernée, mais l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne, l’Angleterre, et les Pays-Bas voire l’Ecosse sont concernés. Si l’équipe de France a retrouvé ses couleurs ces dernières années, le sabot en Europe pince pour les clubs français, qui ont pourtant eu de belles occasions cette saison.

L’Europe, tu l’aimes ou tu la quittes !

Dans notre indice UEFA, cependant, nous avons réalisé des performances nettement meilleures que les années précédentes. Sur les six équipes qui se sont affrontées en début de saison, cinq se sont qualifiées pour les huitièmes de finale. Marseille, qui a été relégué en Ligue des Conférences, a également eu son mot à dire. Mais malgré la création d’une nouvelle compétition à la portée de nos équipes, ni l’OM ni Rennes n’ont pu accéder à la finale. Alors que Marseille n’a pas réussi à marquer un seul but contre Feyenoord dans un Vélodrome en fusion, Marseille a enterré tout espoir de briser enfin plus de 25 ans de sécheresse en Europe.

Sinon, en Ligue des champions, on a eu le traditionnel désastre du Paris Saint-Germain en dix minutes contre le Real Madrid. Doha peut encore attendre son titre continental ! De leur côté, Monaco a été lamentablement éliminé par Braga avant que Lyon ne tombe contre West Ham. Ah oui, il faut aussi mentionner le dernier stand du LOSC, qui a joué un peu dans l’anonymat contre Chelsea, comme lors de leur saison post-titre.

Depuis 26 ans maintenant, le football français attend un nouveau titre continental. Pendant ce temps, le Shakhtar Donetsk, le Celtic, le Zénith Saint-Pétersbourg, Villarreal, Schalke 04 ou encore Parme ont eu le temps de décrocher un titre sur la scène continentale. Si l’on élargit son histoire mondiale, la France est même un imbécile à l’échelle de l’Europe : seuls deux titres ont été remportés grâce à l’OM 1993 (Ligue des Champions) et au PSG 1996 (Coupe Cuts).

Moins de titres européens que l’Ecosse

Dans cette mesure, il faudrait même arrêter d’inclure la Ligue 1 dans le top 5 européen. Si le PSG a tout éclipsé pendant 10 ans, il n’a pas encore apprivoisé la coupe aux grandes oreilles, bien que ce soit son objectif principal (et même le seul compte tenu de la faiblesse du championnat). À leur échelle, le Portugal et les Pays-Bas ont façonné l’Europe bien plus que notre modeste ligue de talents. Et si on veut taquiner, l’Ecosse, la Belgique et la Russie ont aussi leur mot à dire.

A LIRE AUSSI Le tacle du lundi – les éloges de Nicolas Pallois

Maintenant, il faut se poser les bonnes questions. Pourquoi pensons-nous que nous sommes trop beaux ? Comment arrêter cette malédiction infernale ? Comment pouvez-vous enfin revivre une soirée étoilée ? Le remède peut se trouver dans nos centres de formation. Car si l’Europe ne nous envie pas nos résultats, elle apprécie beaucoup plus nos jeunes. Cette année encore, nous avons vu Warmed Omari, Castello Lukeba et Malo Gusto se hisser au plus haut niveau. Si la Ligue 1 parvient à conserver ses talents plus longtemps, elle pourrait capitaliser dessus pour passer sur la scène européenne. Plus que jamais : l’avenir est dans la jeunesse !

Leave a Comment