Ligue 1 : Montpellier au plus bas après sa défaite face à Clermont

36e jour. Malgré une réaction et un but magnifique, le MHSC a encore chuté dimanche 8 mai.

feuille de match

Clermont, 2 – Montpellier, 1.
Stade Gabriel Montpied.
Mi-temps
: 1-1.
arbitre : B.Bastien.
Les spectateurs : environ 12 000.

  • Buts pour Clermont : Rashani (4e), Bayo (69e, penalty)
  • But pour Montpellier : Chotard (32e).
  • Alertes à Clermont : Zedadka (35e), Gastien (60e).
  • Alertes à Montpellier : Mollet (24e), Cozza (71e), Leroy (73e).
  • CLERMONT : Djoco – Zedadka, Seidu, Ogier (Cap), N’Simba – Magnin, Abdul Samed (Khaoui 64e) – Dossou (Da Cunha 64e), Gastien (Busquets 82e), Rashani (Allevinah 10e), Bayo ( Kyei 82.) .
  • MONTPELLIER : Bertaud – Cozza, Sakho (cap), Estève (Soares Thuler 83e) – Souquet (Gioacchini 86e), Leroy, Chotard, Mollet, Ristic – Mavididi (Makouana 86e), Germain (Guermouche 90e).

Il est temps d’arrêter de terminer cette saison et de libérer Montpellier pour un temps additionnel où tout sera à nouveau possible. Il reste encore deux matches, contre le PSG et Angers jusqu’au 21 mai, mais depuis La Paillade ça semble interminable. Comme la chute de cette équipe, aussi inexplicable qu’inextricable.

“Tant qu’il y aura encore des matchs, je reste optimiste.” On ne peut pas prendre la patience de moine d’Olivier Dall’Oglio, même s’il y a des discussions sur le remplacement avec le technicien de l’Hérault. Pourtant, ce lundi, au lendemain de sa défaite à Clermont-Ferrand, son MHSC persiste obstinément, signant une série de sept victoires (5 défaites, 2 nuls) et, surtout, 11 défaites en 2022 (17 matchs). Personne ne s’en sort plus mal en Ligue 1 sauf Bordeaux (11) et cela en dit autant sur le malaise que sur l’ampleur du mal.

A lire aussi :
Ligue 1 : le premier but exceptionnel de Montpellier Joris Chotard face au Clermont Foot

En pays Michelin, l’Héraultais avait l’air à plat sur la jante, malgré un mollet un peu vif en tête. Jetés dans la machine à laver de Gabriel-Montpied, même pas la plus grosse machine à laver de France – Clermont n’y avait pas gagné en janvier et six matchs -, ils ont été battus par Rashani sur une offre sur la première occasion adverse après une tête de Chotard pour Bayo ( 4′ ). Puis, après que Sakho ait concédé le penalty, tir après un duel trop serré à Magnin (69e).

“J’aime mes joueurs”

Entre-temps, Montpellier, à nouveau disposé dans un 3-5-2, s’était reconstruit, plus dur et surtout enfin ensemble. La foudre de Chotard (32e), rédemption majestueuse du jeune milieu, avait esquissé le réveil d’un volcan. En Auvergne, le symbole aurait été beau sans les Savanier, Ferri, Omlin, Cabella, Wahi et Oyongo. Au contraire, le poteau de Mavididi à deux mètres du but (36e) était d’un tout autre type.

“Ça tourne toujours dans le même sens en ce moment, et ce n’est pas le nôtre. En même temps, vous ne pouvez pas non plus être satisfait de ce que vous voyez.”a soufflé un ODO marqué.

“On répète nos erreurs, on n’apprend pas très vite en ce moment”poursuit-il, observation implacable d’une formation dont“apprentissage douloureux” tire.

Sous les yeux de Thierry Laurey, l’entraîneur du Pariser FC qui s’intéresse aux joueurs des deux camps, la souffrance aurait pu être immédiate si Bertaud n’avait pas dévié un lob de Bayo (9e). À la fin, c’est venu quand même, la conclusion inévitable d’une semaine que Dall’Oglio avait ponctuée d’une incursion sanglante dans ces colonnes.

“Je veux qu’ils comprennent que ce sont mes joueurs, que je les aime et que je veux qu’ils réagissent, avancent, montent, a-t-il expliqué dimanche. Alors j’utilise tous les moyens. Si vous devez en embêter certains, ce n’est pas un problème. Il faut qu’il y ait une réaction.” Dimanche, ça a commencé par à-coups. Avant de vous perdre à nouveau dans l’océan des faux pas. Il est vraiment temps que ça s’arrête.

Leave a Comment