la LFP garde la porte ouverte à Canal+

La négociation des droits de retransmission du football pose problème depuis près de deux ans et il est temps que des solutions pérennes voient enfin le jour et garantissent une certaine stabilité.

Autrement dit, il est temps que la dichotomie entre LFP et Canal+ prenne fin, d’autant que ces négociations devront reprendre dans quelques mois pour organiser l’avenir.

En ce sens, la LFP serait encline à faire un pas en avant vers la chaîne cryptée, afin que cette dernière puisse présenter une proposition valable en son temps, évitant l’endettement envers la Ligue, comme cela s’est produit après la défaite de Mediapro et Téléfoot dans laquelle était engagé à l’automne 2020.

Chronique d’une catastrophe savamment organisée au profit d’Amazon.

Même si la situation s’est rapidement avérée catastrophique pour la ligue, Canal+ a également été très touchée et a depuis obligé le gouvernement à mettre en place une société de négoce qui gérera ces droits de manière neutre mais aussi beaucoup plus rentable.

L’objectif serait de faire rentrer pour cela près de 1,5 milliard d’euros dans les caisses, mais surtout d’éviter des poursuites judiciaires, d’éviter des sources de blocage, mais aussi extrêmement coûteux compte tenu du nombre d’instances survenues sur le marché d’Amazon, d’où une nette déséquilibre par rapport à Canal+ et beIN Sports, pour le compte desquels la sous-traitance est réalisée.

Cependant, si Canal+ entend prendre position face à ces négociations, l’arrivée des géants du e-commerce a largement rebattu les cartes et entend poursuivre ses retransmissions dans les mêmes conditions ; problème supplémentaire ; Le mastodonte qui résulterait de la fusion de TF1 et M6 s’apprête à négocier d’autres droits de diffusion dans le football, ce qui limiterait la tranche horaire de Canal+.

“Cela ne veut pas dire que la ligue ferme la porte à Canal+, qui était son partenaire historique. Il y avait du ressentiment et nous sommes en train de reconstruire une relation de confiance avec eux. On ne changera pas d’avis s’ils décident qu’ils n’ont plus besoin du football français. Mais nous n’avons jamais dit que nous voulions tout faire sans elle. Disons du côté de la LFP qui entend maintenir au moins les 663 millions d’euros réalisés par la diffusion des matches de championnat.

Les matchs ne sont pas encore joués, mais face à la tentation magistrale des GAFA de gagner le pari, les dés semblent déjà légèrement pipés malgré ce léger appel du pied.

Leave a Comment