Une version OL de “Mister Hyde”, Kimpembe à l’envers, catastrophe : les tops et les flops de la 36e journée

Les conseils

  • But, gabarit et grimace : Dieng sait tout
Ce n’est qu’après l’absence de Dimitri Payet et Arkadiusz Milik et la blessure du pauvre Cédric Bakambu que Jorge Samapoli a pu jouer face à Bamba Dieng ce dimanche à Lorient (0-3). Mais les Sénégalais ne l’ont pas mal pris. Silencieux depuis un mois en Ligue 1, il a débloqué sa contre-attaque d’une belle reprise en prolongation avant d’offrir un but à Gerson dans un fauteuil. Un but, une passe décisive, l’après-midi de Dieng a été presque parfait… jusqu’à ce qu’il reparte sur blessure. C’est dommage car il méritait une autre sortie. Mais si l’OM a débuté la course de la Ligue des Champions en Bretagne, il sait qui il doit remercier.

ligue 1

Verratti : “Ce match contre le Real Madrid nous a tués”

IL Y A 2 HEURES

Bamba Dieng, buteur de l’OM contre Lorient

Crédit photo : Imago

  • Tardieu, la panenka de l’artiste
Au milieu de la pléiade de stars parisiennes, c’est Florian Tardieu qui a égayé la soirée. Le leader de l’ESTAC a éclairci le jeu aubois. Croix précises, ouvertures chirurgicales, l’ancien Sokhalien s’est promené. Et que dire de sa jolie panenka qui retenait Navas captif et permettait à Troyes de décrocher une place inespérée au Parc des Princes ?Je le savais, on en avait parlé à l’entraînement la veille. Ce sont des choses que tu ne peux pas calculer, c’était le geste que tu devais faire», a commenté Renaud Ripart à propos de la célèbre Panenka. Méchant, celui qui est un supporter de l’OM qui n’hésite jamais à hausser le ton dans les courbes du Vélodrome a dû particulièrement apprécier jouer un mauvais tour au PSG. Ce devait être le soir du Les 4 Fantastiques (Mbappé, Messi, Neymar, Di Maria), le seul super-héros de la soirée joué à Troyes.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Farid Boulaya était absent cette saison. Le milieu de terrain algérien n’a pas su faire la lumière sur le jeu du FC Metz pour sortir son équipe du marasme. A tel point qu’il est resté sur le banc lors des quatre derniers matches lorrains avant cette rencontre face à l’OL. Mais ce dimanche, Frédéric Antonetti a choisi de le sortir de son carton à la 80e. Bien nommé. Dix minutes plus tard, Boulaya Metz offrait la victoire d’un but magnifique dont il a le secret (3-2). Après avoir accroché Emerson, il a décroché un superbe tir du pied gauche dans la lucarne supérieure. Son quatrième but de la saison vient de commémorer son talent. Et laissant aussi quelques regrets de ne pas l’avoir exprimé plus souvent cette saison.

Des images qui font du bien à la tribune, surtout après une saison très difficile. Vainqueur au but au Stade de Reims (1-2) grâce à un but de Seko Fofana à la 95e minute, le RC Lens est toujours en vie pour se qualifier en Ligue Europa ou en Conférence de Ligue Europa. Voilà pour le côté athlétique et mathématique. Surtout, ce succès, obtenu avec courage, est fêté par les hommes de Franck Haise, qui s’attachent à communiquer avec leurs supporters, venus en nombre à Auguste-Delaune, ce qui impressionne les locaux. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le public artésien, lui-même en infériorité numérique et très éloigné de Bollaert, a fait un sacré boucan. Pendant les 90 minutes, les Lensois ont animé les tribunes comme s’ils étaient chez eux avant de célébrer la victoire avec leurs joueurs d’un superbe bouquet final. C’est le football qu’on aime !

Les flops

  • Les montagnes russes de Lyon

C’est tout le paradoxe de cette équipe lyonnaise. Ce qui la rend si ennuyeuse pour ceux qui la suivent. Une semaine après avoir frappé fort sur la pelouse phocéenne (0-3) pour entretenir les espoirs européens la saison prochaine, les Gones ont de nouveau retrouvé les moyens d’en finir malgré un doublé de Moussa à la Lanterne Rouge de Messine (3-2) pour être a puni Dembélé. Ce dimanche, l’OL a montré des manquements indignes, une fois de plus trop incohérents, réactifs et trop gâchés. Loin du niveau affiché la semaine dernière. Mais cela n’étonnera pas grand monde en L1, où l’on s’habitue petit à petit aux montages russes de l’OL, qui ont coûté si cher aux protégés de Jean-Michel Aulas.

Metz-Lyon

Crédit photo : Getty Images

  • Kimpembe, un hic et une nuit cauchemardesque

Son nom était à peine mentionné lors de l’analyse de la saison contrastée du Paris Saint-Germain. Mais force est de constater que la pratique 2021/2022 de Presnel Kimpembe n’a pas été bonne, loin de là. Sa performance face à Troyes n’est pas loin d’être catastrophique et l’international français s’est pleinement impliqué, contre son gré, dans l’ascension de l’ESTAC au Parc des Princes. Au retour des vestiaires, le stoppeur commet une énorme faute sur Renaud Ripart dans la surface de réparation, qu’il saisit comme à la lutte. Paris n’avait besoin d’aucun de ses dirigeants au moment de la rencontre pour se détacher ainsi. Une gaffe qui résumait parfaitement les derniers mois du Parisien Titi pas dans son assiette.

Presnel Kimpembe lors de PSG-Troyes (2-2) en Ligue 1

Crédit photo : Getty Images

Costil, boulette coupable

Mais que faisait-il alors, si loin de son but ? David Guion et les supporters bordelais vont encore se poser la question tant la sortie de Benoit Costil à la 5e minute est incompréhensible. Loin de sa surface lorsque Mathias Pereira Lage a été touché en profondeur, le gardien bordelais s’est retrouvé en difficulté tout seul, offrant le premier but (1-0) à Angers et Mohamed-Ali Cho qui n’avaient qu’à enfoncer le ballon dans le but vide. ). , 5.). Une terrible erreur d’anticipation pour le vétéran gardien girondin revenu dans la cage bordelaise dans cette phase finale. Avec cette boulette, l’ancien Rennais a alourdi son équipe, qui n’en avait pas besoin alors que les Bordelais étaient déjà dans le doute. “Comment avons-nous réussi à nous immerger dans ce match dont on savait l’enjeu au bout de 6 minutes ? a résumé David Guion, son entraîneur, après la défaite de son groupe (4-1). Il n’est donc pas le seul à se poser la question, même si Costil s’est distingué par plusieurs arrêts à l’époque.

Costil (Bordeaux) lors de la défaite à Angers

Crédit photo : Getty Images

Venez au stade pour nous encourager. Sinon restez chez vous“Le message de Sven Botman à ses supporters après la défaite 2-1 face à Monaco a le mérite d’être clair.”Vous pouvez avoir votre avis, mais au début du match, dès les premières minutes, ils soutenaient déjà l’équipe adverse. Pour moi c’est inadmissible» a ajouté le défenseur, irrité par le comportement du stade Pierre Mauroy, qui tantôt a soutenu les Monégasques, tantôt moqué ses protégés.C’est facile d’être là quand tout va biencommença José Fonte, très ému. C’est compliqué quand t’entends les rires quand t’entends applaudir l’adversaire. » La fin de saison s’annonce longue dans le nord.

ligue 1

Paris grimace, Troyes est content

IL Y A 3 HEURES

ligue 1

Avant une fin de saison torride, “il y a de l’inquiétude” à l’OM

IL Y A 6 HEURES

Leave a Comment