Lens écrase Reims et reste en lice pour l’Europe

Douzièmes, sûrs, les Rémois n’avaient pas grand-chose à offrir, contrairement aux Lensois, qui partaient huitièmes et avaient encore des espoirs de qualification pour l’Europe. Oscar Garcia aurait pu choisir de plaire à ses supporters, il a plutôt opté pour une formation cool avec un milieu de terrain composé de cinq défenseurs.

Logiquement, dans le premier acte, les visiteurs avaient la possession (69%) et le monopole de l’essai (14v3). Parallèlement à leur manque d’ambition, la qualité collective artésienne a contraint les Marnais à souffrir, reculer et renvoyer le ballon trop vite. Peu avant la fin du premier quart d’heure, David Costa centre subtilement après un corner mal défendu. Florian Sotoca se dirigeait à bout portant, mais Predrag Rajkovic parait le premier match lensois d’une tête réflexe. Sinon, les Rémois auraient dû jouer le jeu seuls.

L’Arbër qui cache la forêt

Au lieu de cela, ils ont réussi à contrer le 28. El Bilal a touché Touré et au sol Bradley Locko a pris la décision de continuer à relever le ballon puis de servir Arbër Zeneli. L’attaquant kosovar a épinglé Gradit avec un double pas en avant, a marché sur le pied droit et a parfaitement roulé d’une douzaine de mètres pour toucher le filet latéral adverse. Wuilker Farinez n’a même pas essayé de plonger. Confortés par cette porte d’avance, les habitants ont joué encore plus bas, permettant aux visiteurs d’assiéger leur territoire, mais sans constituer une menace.

Néanmoins, Oscar Garcia tacle pragmatiquement et décide de remplacer l’auteur du coup rémois à la pause. Les Marnais sont donc revenus sur les terrains avec… un seul attaquant ! Lorsque le ballon est arrivé à la 53e minute, Marshall Munetsi n’a vu aucune solution alors que Farinez avançait et a osé un tir palpitant depuis la ligne médiane. Sans la bite du portier lensois, le ballon aurait terminé sa course dans la lucarne ! Deux minutes plus tard, Costa s’est infiltré dans la surface côté droit pour servir Sotoca au sol et à l’arrière. D’abord vérifié par Rajkovic, L’attaquant, qui marque à chaque fois qu’il marque contre Reims, transperce cette fois le gardien serbe de l’intérieur à sa reprise (55e).

La classe et le panache de Fofana

Une égalisation qui a contraint Oscar Garcia à abandonner sa tactique de tortue. Avec les arrivées d’Ilan Kebbal, Nathanaël Mbuku et Hugo Ekitike (revenu de blessure), le bloc marnais a pu se développer davantage et affronter moins de danger. Et quand les Lensois, jusque-là souverains dans l’entrejeu (Seko Fofana, C.Doucouré) et sur les flancs (Jonathan Clauss), se mettent à décrocher le but – et les remplaçants (hormis Wesley Saïd) sont moins convaincants que les tenants du titre, dont les débats ont été équilibrés. Nous nous dirigions tranquillement vers un partage de points lorsque Fofana a proposé un appel brillant dans les arrêts de jeu. Parfaitement servi par Ignatius Ganago, Le capitaine de l’Artesian a eu la lucidité d’en finir face à Rajkovic et a offert à ses supporters, nombreux à Auguste-Delaune, de faire la fête après le coup de sifflet final (90’+1). Une victoire bien méritée dans l’esprit. Les Sang et Or peuvent encore croire en l’Europe.

Leave a Comment