La Bretagne vous convainc-elle ou vous perd-elle ? [Thierry B. Audibert]

Jour de match.

A l’avant-dernière journée du championnat de Ligue 1, après que le money period ait commencé il y a quelque temps, on se rapproche du verdict.

Cela semble très ennuyeux aujourd’hui pour les Olympiens qui doivent se battre en Bretagne au lendemain d’une demi-finale retour de la Coupe de la Ligue de la Conférence européenne, où gagner n’est jamais facile.

Après la sortie décevante de jeudi, une blessure de Payet qui ne le rendra disponible qu’en fin de saison, il faut amorcer la relance. Ça grimpe, mais pas question de se mettre dans la peau d’un danseur, c’est mal vu dans le football.

J’affirme, au risque d’irriter mon ami Mourad Aerts, qu’on s’est sorti d’un mug, un mug en bois, en carton, en aggloméré, j’en passe, mais j’aurais bien aimé l’attraper aussi. Nous n’étions pas loin.

Pourtant, vous m’entendrez si, par malheur, les Marseillais échouent dans la dernière ligne droite du championnat.

Car il était évident que notre effectif était un peu trop petit pour supporter jusqu’au bout le choc de ces deux compétitions exigeantes, surtout quand on a décidé que la priorité serait la qualification directe pour la Ligue des champions.

Nous devons maintenant embrasser ces ambitions qui ont manqué de sagesse, et nous avons désormais d’amples ressources. Mais attention quand même.

Lorient, l’équipe du menu de ce soir, avec sa musique folklorique dans son petit stade presque au bout de ce long port étroit, n’est pas un terrible épouvantail. On ne s’inquiétera pas d’y aller, on n’envisagera pas le pire.

Je veux juste rappeler que ce soir on remettra les Monégasques au top de leur forme à trois points de nos jupons. Il ne fait aucun doute que c’est différent.

Après cela, les joueurs de Sampaoli ont une semaine pour préparer leur match contre Rennes, qui prendra du retard, ce qui sera une autre histoire.

La Bretagne sera donc l’arbitre en chef de notre saison avec ces deux matchs.

A la question : la Bretagne gagne ou perd, la question « on y répondra » dans huit jours. Mais pas question que l’OM y rate toute sa saison.

J’ai quelques idées sur la composition olympique que notre entraîneur argentin utilisera, mais je m’attends à des surprises avec lui.

On va attendre et voir ce soir en paix, il n’y a rien d’autre à faire de toute façon. Pouvez-vous sentir que je suis toujours hanté par la tristesse de la déception de jeudi ?

Un cliché de dernier instant de Caleta-Car sur un virage que je prends. Pourquoi lui? Hé, tu le sais très bien…

Vive le grand Roger Magnusson !

Thierry B Audibert

Leave a Comment