Ligue 1. Avant Angers – Girondins de Bordeaux : Thibault Klidjé, un peu de folie dans le Pot au Noir

En trois autres apparitions en fin de match face à Saint-Étienne à Nantes…

En trois autres apparitions en fin de match face à Saint-Étienne, à Nantes et face à Nice, il a confirmé les échos : “C’est un de ces jeunes qui se caractérisent par une forte qualité”, souligne l’ancien entraîneur de la réserve des Girondins Manu Giudicelli, qui s’est occupé de lui pendant 18 mois.

Alors que les Bordelais jouent la survie, il est désormais considéré par David Guion comme une “véritable option” pour débuter. « Il apporte sa vitesse et son sang-froid. Il est frais mentalement, son enthousiasme peut être intéressant”, a déclaré l’entraîneur la semaine dernière.

Claude Le Roy séduit

Claude Le Roy n’a pas manqué cela devant sa télévision. Le “magicien blanc”, alors entraîneur du Togo, s’est appuyé sur l’étrier de grande classe d’Espoir Tsevié pour Klidjé, alors âgé de 16 ans. « C’est un très petit club en dehors de Lomé. Je l’avais vu un dimanche après-midi. J’ai demandé à mon staff de prendre son nom et la semaine suivante il est venu avec moi à un camp d’entraînement avec l’équipe nationale. »

Le champion d’Afrique 1988, qui a débuté Samuel Eto’o avec le Cameroun ou repéré George Weah à Yaoundé à l’époque, explique : « Thibault était gamin et il avait des flashs chez les adultes. Bien qu’il ne soit pas très grand, il a une excellente libération verticale. Il était rapide et habile à se déplacer dans les espaces, allant rarement hors-jeu. Je pensais même qu’il comprendrait plus vite. » L’actuel consultant TV, comme Manu Giudicelli, décrit un « garçon très gentil. »

« Il a eu des éclairs parmi les adultes. Il était rapide et se déplaçait bien.”

L’agent douleur, qui a empêché son arrivée après un premier test au Haillan en juin 2019, couplé à une arrivée précoce dans la crise sanitaire, l’a ralenti et truqué. « Tout est allé très vite. On l’attendait à un regroupement de l’équipe nationale locale et personne ne savait où il était passé », se souvient Claude Le Roy.

Manu Giudicelli l’a accueilli dans son équipe en 2020. « Le bruit autour de lui n’était pas facile à gérer pour lui, mais il s’est vite intégré. C’est un garçon très gentil qui voulait apprendre à franchir les niveaux. C’est un joueur profond qui va très vite et très haut et qui a une énergie et une générosité qui résonne avec l’équipe. Même s’il n’y a pas eu de matchs à cause du Covid, on a organisé des confrontations avec d’autres réserves la saison dernière. A chaque fois, il faisait partie de ceux qui se distinguaient. »

Gras et calme

Le Togolais a confirmé en N3 cet automne, terminant meilleur buteur de l’effectif de Matthieu Chalmé et fêtant ses trois premières sélections officielles seniors sous Paulo Duarte. Comme Giudicelli la saison dernière, Chalmé a endossé le nom auprès de ses supérieurs. David Guion l’a intégré dans le groupe dès son premier match sur le banc, puis il a été titularisé. “Contre Montpellier, il a perdu des ballons évitables”, a déclaré Manu Giudicelli. Comme tous les joueurs rapides, il doit retrouver son calme à la fin. Il doit encore s’entraîner et jouer. » « Aimé Jacquet lui aurait dit : “Faites votre jeu”, sourit Claude Le Roy. Il peut progresser sur sa protection de balle. À l’entraînement, je l’ai poussé à la vitesse supérieure pour qu’il joue plus de tacles. »

Klidjé, revenu avec les espoirs togolais en mars, portait le brassard et marquait un doublé. Son meilleur travail ? “Dans l’axe avec un autre attaquant ou sur la gauche pour entrer avec le ballon et par la qualité de ses appels à l’intérieur”, précise Manu Giudicelli. “En ce moment, je le vois comme un outsider. Il manque encore de maturité en neuf ans et demi », ajoute Claude Le Roy. Avec son contrat expirant en 2023, son avenir sera l’un des sujets abordés au cours des prochaines semaines.

Leave a Comment