comment l’OM veut réagir après son élimination de l’Europa Conference League

Déçus après leur élimination jeudi en demi-finale d’Europa Conference League par Feyenoord, les joueurs de l’OM reviennent en championnat avec un déplacement à Lorient (17.05) dimanche, lors de la 36e journée de Ligue 1. A défaut de finale de Coupe d’Europe , veulent que les Olympiens conservent leur place de dauphins derrière le PSG.

Après une semaine noire, comment remettre la tête en place ? C’est la question que se pose Jorge Sampaoli depuis que son équipe a été éliminée de l’Europa Conference League aux portes de la finale. Après avoir fait chuter l’OL (3-0) en Ligue 1 au stade Vélodrome dimanche, l’OM a subi une nouvelle déconvenue jeudi soir en n’ayant pas réussi à prendre le dessus sur Feyernoord (0-0) en demi-finale retour pour remporter la nouvelle C4. Un match passionnant, également marqué par la blessure de Dimitri Payet.

Malgré ce coup de massue, les Olympiens n’ont pas eu le temps de s’apitoyer sur leur sort. Dès dimanche, ils défendront leur deuxième place en championnat sur la pelouse de Lorient (17h05) au nom de la 36e journée de Ligue 1.

“On n’a pas le temps de se coucher, confirme William Saliba. Il faut se ressaisir et gagner à Lorient dimanche. On sait qu’il faut vite oublier, notre destin est entre nos mains. Nous l’avons fait.” Trois matchs, trois finales, nous avons notre destin entre nos mains. Il ne faut pas avoir peur, jouer les pieds tremblants. Notre premier objectif était de nous qualifier pour la Ligue des champions. Nous n’abandonnerons pas jusqu’à la fin.”

Sampaoli : “Peut-être que parfois il faut moins parler”

Ce vendredi, les Marseillais ont fait une séance vidéo sur le jeu de Merlu et l’aspect tactique. Le staff n’a pas voulu les solliciter davantage mentalement en faisant de longs discours sur le match contre Feyenoord, sur la nécessité de réagir et d’arriver second. Il ne parlait que de “jeu” sportif.

Car pour Jorge Sampaoli, relever la tête après un tel échec ne doit pas forcément supporter de longs discours : “Peut-être parfois faut-il moins parler parce que chaque groupe a des comportements différents à certains moments”, estime le sélectionneur argentin. Peut-être que si nous parlons plus, nous mettrons la pression sur eux. Il était important de se rappeler que même avec trois matchs à jouer, nous avons encore beaucoup à jouer. Nous avons perdu une bataille, mais ce n’est pas fini, nous n’avons pas perdu la guerre.”

Vendredi, le champion en titre est resté à l’intérieur et sous sa garde contre Feyenoord. Repos et ressourcement sont les maîtres mots avant de s’installer en Bretagne. Le groupe part ce samedi en fin de journée. Dernièrement, Sampaoli a préféré éviter les séjours à l’hôtel et se mettre au vert. Mais comme le match est dimanche à 17h, il ne voulait pas partir le jour même.

Pas de réduction dans les rangs marseillais

L’inquiétude se situe au niveau des blessés. La fin de saison de Dimitri Payet, blessé au mollet jeudi soir, est sérieusement menacée tandis qu’Amine Harit, touché au pied droit, est également très incertain.

Autre source d’agacement : les dirigeants sont fatigués comme Mattéo Guendouzi. Enfin, difficile de cacher les problèmes offensifs et le silence de l’OM en attaque avec des joueurs qui peinent à retrouver leur niveau comme Ünder, Milik ou Bakambu. C’est la principale préoccupation de Jorge Sampaoli. En l’absence de Payet et certainement d’Harit, Gerson devrait jouer plus haut pour ajouter une note technique à l’attaque olympique. Mais l’OM doit se passer de son leader réunionnais, et ce challenge inquiète forcément l’entraîneur olympien quand il s’agit d’argent.

Pour autant, il ne faut pas s’imaginer que la peur a envahi les rangs marseillais. Beaucoup de joueurs veulent passer rapidement à autre chose pour oublier la frustration de la demi-finale européenne contre Feyenoord. Il n’y a pas de coupe. Et comme le rappelle Jorge Sampaoli, l’OM doit rester mobilisé jusqu’au bout : “On n’a pas peur. Il faut arriver au mieux à la fin du championnat. On n’a pas le temps d’être triste, inquiet.” Il faut arriver sans relâche, être concentré à 100%. Nous voulons conserver cette deuxième place. Nous avons cet espoir de conserver cette deuxième place au classement, qui est un objectif pour le club.”

Leave a Comment