“Ça va rester une belle saison…” Qualification Coupe d’Europe ou pas, les fans de course sont déjà enthousiastes

Ne cherchez plus le dernier match du Racing à La Meinau. Samedi prochain autour de Clermont (21 heures) l’enceinte strasbourgeoise sera encore pleine. Pour le dixième rendez-vous saisonnier à guichets fermés sur dix possible sans restrictions sanitaires.

Cet enthousiasme fou est le meilleur témoin de la saison extraordinaire réalisée par les partenaires de Dimitri Liénard. L’an dernier, ils étaient au bord de la relégation en Ligue 2, cette fois en lice pour une place dans le top 6 de la Ligue 1. Une arrivée qui pourrait les envoyer en Coupe d’Europe à la rentrée ! Les supporters alsaciens en rêvaient depuis des mois grâce à une série de 11 matches sans défaite.

Mais seriez-vous déçu si votre écurie de course, actuellement 6ème et évoluant à Brest ce samedi (17h), rate finalement les qualifications ? 20 minutes leur a posé la question. Et leurs réponses… sont vouées à varier. Avec toutefois une nette tendance : “Ça restera une bonne saison, qui marque une nette poursuite du développement du club”, résume David, qui n’a pas la mémoire courte. Il y a onze ans, à l’été 2011, le RCSA était relégué en CFA 2, la cinquième division ! “Il ne faut pas oublier d’où l’on vient”, appuie un autre David.

« Ce sport de course a du cœur »

Autre sentiment largement partagé par les fans : la joie que procure cette séance d’entraînement dirigée par Julien Stéphan. Soit la 4e attaque du championnat, cardable contre Saint-Etienne (5-1), Bordeaux (5-2) ou encore Metz (3-0). “Je n’ai jamais vécu une saison comme celle-là, tant au niveau de l’affichage que du niveau de jeu de l’équipe”, estime Stéphane, qui vient au stade avec sa fille de 9 ans. Les matchs de cette année sont passionnants, l’entraîneur a insufflé quelque chose de nouveau aux joueurs, qui ont rapidement répondu positivement à ses méthodes […] Je suis fier et heureux de soutenir cette course. Il a du cœur, il joue pour le bonheur de ses fans et s’amuse sur le terrain. »

Un vrai beau témoignage d’amour qui est loin d’être isolé. Pierre évoque aussi “d’excellentes rencontres avec des émotions fortes quand Eric rend hommage à “un président remarquable (Marc Keller) comme il l’a été comme joueur, un grand entraîneur et des joueurs qui se sont hissés à un niveau exceptionnel”. “Le staff, les joueurs nous ont fait rêver, mais surtout ils vibrent et égayent notre quotidien”, résume Caroline dans ce concert culte.

“Si vous mangez du caviar toute la saison…”

Mais y aurait-il encore des déceptions avec une 7e ou une 8e place ? Oui ! “Après tant de temps dans le top 5, ce serait très frustrant. La défaite contre Lille a été très amère et change tout. Si on ajoute le but lyonnais dans le temps additionnel, c’est 4 points perdus”, précise Cédric. “Quand on mange du caviar toute la saison, c’est normal d’espérer un bon dessert”, ajoute Ugo, poursuivant la métaphore. “Et puis je me dis aussi que sans cette saison on ne verra pas de qualification pour la Coupe d’Europe de sitôt. Les miracles ne se produisent jamais deux fois ! »

A moins que le club strasbourgeois ne vienne quoi qu’il arrive avec cette fin de championnat poursuivre sa progression. Beaucoup l’espèrent. “Je préfère que le Racing franchisse une étape en Ligue 1 en se hissant dans le haut du tableau plutôt que de disputer une compétition européenne qui pourrait fatiguer l’équipe”, poursuit David. “Club en reprise, petit budget, il ne faut pas sauter les étapes : la Coupe d’Europe demande un effectif plus important, il y a un risque de jouer la prochaine saison de Ligue 1 dans les profondeurs du classement”, appuie Jean-Jacques.

“J’ai connu la Meinau, où elle a sifflé à la mi-temps”

Huber regarde déjà vers l’avenir. « Le plus important, c’est de se consolider. Pour garder l’entraîneur et les bons éléments pour la saison prochaine”, a-t-il déclaré. “La plus grande déception que je crains dans un avenir proche serait que nous perdions l’esprit actuel d’amener le public à soutenir l’équipe quoi qu’il arrive. Des ambitions plus élevées exposent le club à de plus grandes déceptions lorsque les objectifs ne sont pas atteints. Je connaissais la Meinau, où il y avait un coup de sifflet à la mi-temps car il n’y avait qu’un match nul. Depuis la relégation, nous sommes devenus un club qui n’a rien à perdre. C’est pourquoi nous avons tout à gagner”, a rappelé Fayssal. Comme un avertissement.

Mais il serait dommage de terminer cette consultation sur une note un peu négative… Alors le dernier mot revient à Stéphane, qui lui devait l’élégance 20 minutes pour ses articles. “Lorsque la course n’est pas européenne, nous avons une saison de rêve avec des joueurs dévoués qui sont attachés à leur maillot et au moins aussi amoureux de leur public que nous le sommes de notre club. Si nous étions dans la course au titre, jouant défensivement et gagnant 1-0 aux tirs au but en fin de match, nous ne serions pas aussi heureux que lorsque Perrin nous parle et que Guilbert fait ses retours furieux. C’est une saison réussie à tous points de vue et nous serons fiers que nous soyons 5e ou 8e à la fin de la saison. Gros bisous, Racing Club de Strasbourg ! »

Leave a Comment